Ponant, sur la fin du chantier du Bougainville

L’hiver norvégien touche à sa fin, les journées s’allongent doucement sur le site des chantiers VARD – Sovik, et pourtant, à quelques semaines de prendre livraison du LE BOUGAINVILLE, elles semblent de plus en plus courtes pour l’équipe qui suit la construction du troisième de la série «PONANT EXPLORER».

navire à quai au chantier

Navire à quai au chantier, ©Ponant

Les inspections filent bon train en cette fin de mois de mars : Inspections de la propulsion, des chaudières, des systèmes de lutte contre l’incendie, du système d’assèchement, du système de traitement des eaux de ballast, des appareils de navigation, se succèdent jusqu’au premier démarrage des diesel-électriques et, enfin, des premiers tours d’hélices en bassin.
Comme l’ensemble des 6 navires de la classe « PONANT EXPLORER », LE BOUGAINVILLE a d’abord été conçu au chantier de VARD Tulcea où les blocks navire sont assemblés entre eux. Les groupes électrogènes, bâtis d’apparaux de pont ou de moteurs de propulsion y sont également installés.
Le navire a ensuite été remorqué vers la Norvège pour la phase de finition en novembre 2018. A son arrivée mi-novembre, une partie de la future équipe machine du navire était déjà en poste afin de démarrer cette période de supervision. Ils passeront en tout près de 5 mois sur site, entrecoupés de retours réguliers en France.

L’équipage se renforce ensuite peu à peu avec les arrivées des officiers pont et machine, puis du personnel hôtellerie en phase finale. Afin d’accommoder tout l’équipage, Ponant loue de manière permanente des maisons et chambres d’hôtes dans la ville de Sovik.
L’équipe peut également être appelée à effectuer des déplacements pour assister aux FAT (Factory Acceptance Tests – Les essais en usine) des groupes électrogènes, des échelles de coupée, des plateformes latérales ou encore des embarcations de sauvetage.
L’équipe PONANT compte également un directeur de site installé en Norvège pour les besoins du projet ainsi qu’une responsable commissionning emménagements passagers et équipage.

de gauche a droite Cdt Mc candless - site manager Jean bernheim - Cdt Perrot

Cdt Mc Candless – Site Manager Jean Bernheim – Cdt Perrot, ©Ponant

À mesure que l’équipe s’étoffe le rythme des inspections s’intensifie, pour aboutir dans un premier temps aux premiers milles du navire : les essais en mer. Ces derniers se sont déroulés sur une période de 4 jours à la mi-mars. Ils permettent de valider le bon fonctionnement à la mer de la propulsion, de l’appareil à gouverner, des appareils de navigation, des systèmes de production d’eau, de traitement des eaux usées, de ballastage, des équipements de sécurité et de réaliser les essais de manoeuvre et de vitesse du navire. C’est une période intense pour l’équipe, qui doit valider en quelques jours l’ensemble des équipements du navire.
Viennent ensuite les visites de mise en service. Cruciales dans l’optique de la délivrance des certificats navires, ces visites sont conduites en étroite collaboration avec les Affaires Maritimes françaises, Le Bureau Veritas et les garde-côtes américains.

Le 25 mars l’équipage du LE BOUGAINVILLE prendra ses quartiers à bord, avant d’appareiller quelques jours plus tard avec 116 membres d’équipage. La nouvelle équipe de suivi du 4ème Explorer, LE DUMONT D’URVILLE (dont certains membres sont déjà sur site), la remplacera immédiatement afin de commencer le même processus de supervision. (Au même instant, LE BOUGAINVILLE effectuera déjà ses premières croisières en Méditerranée, dont la première partira de Malaga le 15 avril pour rejoindre Athènes. Le 4 juin prochain, à l’occasion de l’escale à Marseille du navire, celui-ci sera baptisé dans la grande tradition maritime).

À l’horizon été 2020, pas moins de 6 navires Explorer et autant d’équipes Ponant se seront succédé au chantier de Vard Soviknes.

 

Par Jean-Edouard Perrot, commandant, Victor Cotrel, officier navigation et Carl Maluma, officier mécanicien

Article publié dans dans le  n°248 mai – juin 2019 de Jeune Marine

Publicité
Publicité