Conférence Youngship France chez HFW Paris

YOUNGSHIP France organisait jeudi 17 janvier 2019, dans les bureaux parisiens du cabinet d’avocats HFW (Holman Fenwick Willan), une conférence “Success Story” avec la participation de quatre patrons du monde maritime français, présents sur la scène internationale. C’est le deuxième événement organisé par le bureau français de l’association YOUNGSHIP. La première escale s’était déroulée à Marseille en novembre 2018 avec la participation de Latitude Blanche, the Polar French Line, compagnie maritime française cofondée et dirigée par Sophie Galvagnon et Yann Le Bellec.

Cette fois-ci, Jean-Marc ROUE, président de BRITTANY FERRIES, d’ARMATEURS DE FRANCE et parrain de YOUNGSHIP France, Jean-Emmanuel SAUVEE : président de PONANT, Jean-Michel BERUD : président de JIFMAR OFFSHORE SERVICES et Pierre-Jean BEYLIER, CEO de SPEEDCAST ont pu partager leur expérience de dirigeant et fondateur d’entreprise, devant une assemblée éclectique composée d’une cinquantaine de personnes, issue du monde maritime ou des métiers de la mer.

de gauche à droite: Jean-Marc Roué, Jean-Emmanuel Sauvé, Pierre-Jean Beylier, Jean-Michel Berud. ©PA Cauley Jeunemarine.fr

Les quatre invités ont débuté la séance en racontant avec précisions, les débuts de leur carrière respective. Pour certain, la réflexion d’un projet entrepreneurial a débuté très tôt comme nous l’explique Jean-Emmanuel SAUVEE avec la création de PONANT à l’aube de ses 23 ans. Pour d’autres, un passage par les grands Groupes ou le Conseil, sera une étape intermédiaire. C’est aussi et souvent, une rencontre ou une alliance avec un proche pour lequel on se trouve des points communs. Puis les échanges se poursuivent sur les bons conseils prodigués aux jeunes entrepreneurs qui souhaiteraient franchir le pas. Le leitmotiv est la persévérance ! “Il faut prendre des risques dès que possible lorsque l’on est encore jeune, ensuite ça se complique !”, nous répondent collégialement, les quatre orateurs. Il faut aussi savoir se remettre en cause et, écouter les autres. Pierre-Jean Beylier fait également référence à l’un des ouvrages qui l’a particulièrement marqué, « Grit: The Power of Passion and Perseverance » d’Angela Duckworth, et précise que la vraie raison du succès, ce n’est ni l’intelligence, ni le talent mais la détermination !

©PA Cauley Jeunemarine.fr

Pour Jean-Michel BERUD et Jean-Marc ROUE, devenir dirigeant d’une compagnie maritime n’était pas une évidence. Le second est issu du monde agricole avec ses valeurs ancrées alors que le premier rêvait d’une usine de pêches surgelées ! C’est à son retour de Grande Bretagne et son entrée dans le groupe Louis Dreyfus Armateur (LDA) que Jean-Michel BERUD découvre les navires aux opérations parfois incroyables mais tout aussi passionnantes, comme ces campagnes de “chasses aux trésors” et la récupération de métaux précieux avec le navire Deepsea Worker. Jean-Michel BERUD poursuit sa carrière avec des projets de pose de câbles sous-marins, avant de créer la compagnie Jifmar Offshore Services, avec l’un de ses anciens collègues, Foad ZAHEDI. C’est au tour de Jean-Emmanuel SAUVEE de nous expliquer les principales qualités pour un être un bon dirigeant. “Il faut donner du sens à ce que l’on fait, faire preuve de créativité et avoir une vision globale du projet”. En plus de faire adhérer les hommes et les femmes à ses idées, il faut faire en sorte que tout le monde puisse travailler ensemble. Compte tenu des nombreuses fonctions en mer et à terre, nécessaires pour faire naviguer une flotte de navires de croisières, c’est un véritable challenge au quotidien ! Enfin, il faut avoir une capacité à dire “non”, précise Jean-Marc ROUE. La séance se termine par les expériences les plus marquantes de chacun en tant que dirigeant d’entreprise. De la gestion d’une crise sociale ou économique majeure pour redonner de la compétitivité à l’entreprise, en passant par des prises d’otages médiatisées où il faut être présents sur tous les fronts, les parcours des quatre patrons ont été parsemés d’embûches et de tumulte. Ils ont dû faire preuve de patience, résilience et de ténacité pour passer le creux de la vague. “Humainement c’est une expérience difficile, on était jeune et sans expérience pour gérer ces conflits auxquels nous ne sommes pas préparés”, clôture Pierre-Jean BEYLIER.

L’équipe Youngship France rassemblée autour des invités ©PA Cauley Jeunemarine.fr

 

La rencontre s’est poursuivie autour d’un cocktail et d’une soirée entre les membres de l’association et les invités. Véritable biais pour échanger sur le monde maritime, réseauter et partager d’éventuelles opportunités professionnelles, l’association YOUNGSHIP France prévoit, d’ici quelques semaines, une troisième rencontre dans un nouveau « port d’escale ».

Par Pierre-Antoine Cauley, article publié dans le JM 247 p 29

Publicité
Publicité