Exposition Goscinny: Embarquement pour le rire

Profitant de la réédition de l’unique roman de René Goscinny« Tous les visiteurs à terre », la ville du Havre et le musée maritime et portuaire avec l’aide de sa fille Anne Goscinny ont monté une exposition étonnante sur le créateur des célèbres Bandes Dessinées. Cette exposition met en scène le lien très fort de René Goscinny avec la mer et plus particulièrement son amour pour les voyages en paquebot.

Né en 1926, de parents originaires de Pologne et d’Ukraine, René Goscinny « est tombé dans la passion des paquebots tout petit ». Il embarque à l’âge de 2 ans sur le Groix de la compagnie des Chargeurs Réunis à destination de l’Argentine où ses parents ont décidé d’émigrer. Durant toute sa jeunesse passée à Buenos-Aires, il développe son pouvoir de « faire rire » son entourage et souhaite en faire son métier. Il revient régulièrement à bord des paquebots pour passer ses vacances en France, qui représente pour lui un pays aussi exotique que Tombouctou ou Rio de Oro. Ses vacances d’explorateur commençaient donc immanquablement au Havre, en débarquant.

En 1938, à la veille du conflit il embarque sur le Formose pour venir passer quelques mois de vacances en France où malheureusement il verra pour la dernière fois certains membres de sa famille qui seront déportés dans les camps nazis. Après le décès de son père Stanislas Goscinny, René quitte l’Argentine avec sa mère pour New-York en 1945 à bord du Rio Jachal, souhaitant travailler avec Walt Disney. Il rejoint la France en 1946 à bord de L’Île de France pour effectuer son service militaire près de Bézier. De retour à New-York en 1948 avec le cargo mixte Oregon , il travaille comme illustrateur de livres pour enfants, puis revient en France, pour travailler à Paris dans une filiale de l’éditeur Dupuis. En 1952, il rencontre Albert Uderzo, puis Morris avec lequel il commence la BD Lucky Luke en 1954. Puis se sera les aventures du petit Nicolas, les débuts d’Astérix en 1959, Iznogoud avec Jean Tabary en 1962. René Goscinny partage son temps entre Bruxelles, Paris, et New-York. Malgré les progrès du transport aérien, il préfère les traversées en paquebot, ayant de sérieux doutes sur « le principe des machines plus lourdes que l’air ». Il apprécie la lenteur des voyages maritimes qui laissent chacun apprécier le temps qui passe. Les paquebots représentent pour lui une formidable opportunité pour observer les gens, leurs caractères et leurs personnalités.

C’est à l’occasion d’une croisière sur le paquebot Antilles qu’il « met en scène » sa rencontre avec Gilberte, qui succombera à l’humour et l’imagination de René en devenant Madame Goscinny en 1967. Leur fille Anne nait en mai 1968. « Tous les visiteurs à terre » paraît en 1969. Son unique roman met en scène ses expériences nombreuses sur les paquebots. Il embarque régulièrement en famille l’été pour aller passer les vacances en Argentine, ou à New-York. Souvent son complice Albert Uderzo l’accompagne avec sa famille. Les équipages du France , Liberté, Pasteur et autres paquebots en gardent certainement le souvenir.

Ses talents ne se limitaient pas à l’écriture de BD. En 1976 il écrit le scénario du film «Le Viager » qui sera réalisé par Pierre Tchernia. Il écrit aussi un opéra-bouffe « Trafalgar », racontant l’histoire de deux yachtmens naviguant sous pavillon de complaisance et amoureux de la même femme.

Il meurt d’un infarctus en 1977, laissant derrière lui une œuvre colossale traduite dans plus de 150 langues et des expressions d’anthologie telles que : « être tombé dedans quand on était petit » que l’on peut appliquer à son amour pour les paquebots, « devenir calife à la place du calife », « ils sont fous ces Romains » et d’autres remarques moins connues comme : « Il existe 4 grandes catégories de paquebots : Les guincheurs, les joueurs, les buveurs et les cavaleurs. »

A découvrir en avant toute, par Toutatis, pour réviser vos classiques, constater la pertinence et l’exactitude des références maritimes de René Goscinny.

  • Exposition du 15 janvier au 17 avril 2011
  • Espace André Graillot (ancien terminal d’Irlande)
  • Chaussée Kennedy, Le Havre.
  • Ouvert du mercredi au dimanche de 14h30 à 18h.
  • Renseignements : 02.35.25.37.39

Publicité