A la découverte de l’Harmony of the Seas

Tout juste sorti des Chantiers de Saint-Nazaire, l’Harmony of the Seas est venu au cœur des médias français. Avec 362 mètres de long et 47 de large, il est vrai que ses dimensions impressionnent. Parviendra-t-il à dépasser le Queen Mary 2 dans la culture terrestre ? Le paquebot de la Cunard est depuis 2004 le navire à passagers le plus célèbre en France ; mais l’Harmony sait séduire les foules. Ainsi environ 40 000 personnes sont venues à sa rencontre durant sa construction à Saint-Nazaire ; et à Cherbourg fin mai, pas moins de 10 000 autres ont salué sa première escale commerciale de l’Hexagone.

HOS arrivéehos sort cherb mb copie

À bord, le navire impressionne bien au-delà de ses dimensions vertigineuses. Royal Caribbean vise une clientèle jeune et dynamique pour son géant : l’Harmony of the Seas est clairement conçu comme une ville articulée autour d’un axe central (avenue commerçante au pont 5, aire piétonne à l’arrière du pont 6 et square à ciel ouvert au centre du pont 8). il compte autant d’atmosphères différentes que de recoins aménagés : au pont 5 la Royal Promenade est un centre de vie électrique et nocturne ; le pont 15 est celui du plein air avec multiples piscines et jeux d’eau, quant à Central Park (pont 8), ce square romantique vibre du murmure des restaurants et bistros qui le bordent. Les nouvelles attractions ont enthousiasmé le public comme jamais : citons la patinoire au pont 4, le bar robotisé sur la Royal Promenade ou la tyrolienne survolant l’aire piétonne à 24 mètres d’altitude. L’Harmony est à lui seul une destination pour ses passagers, qui ne sont de fait pas nombreux à quitter le bord pendant les escales (à peine 25% à Cherbourg).

DSC05726 copieDSC05830 copieDSC05742 copie

L’Harmony laisse une impression très forte à ses visiteurs. Le travail de Royal Caribbean sur l’espace et les foules est un nouveau succès : nous étions environ 4 900 à bord, pour la plupart à profiter des animations et attractions (qui demeurent en service pendant les escales). Mais nous ne ressentions pas cette foule, que ce soit en nous baladant sur la Royal Promenade ou dans Central Park ou en visitant des lieux précis. Au Windjammer par exemple, principal restaurant en self-service, l’attente ne dépassait pas celle d’un navire de 2 000 passagers.

DSC05893 copieDSC05941 copieDSC06003 copie

DSC06021 copieDSC06086 copieDSC06096 copie
Ces volumes ont cependant une répercussion sur le sentiment de voyage en mer : même en comparaison de navires modernes type Queen Mary 2, Norwegian Breakaway ou Independence of the Seas, c’est la première fois que l’on oublie si facilement que nous sommes à bord d’un bateau. Cela implique un certain nombre de choses pour la prise en charge des passagers en cas d’urgence… De la même façon, la formation continue d’un équipage de 2 400 personnes et la gestion de flux humains à si grande échelle posent de nouveaux défis pour le monde de la croisière.

DSC06205 copieDSC05726 copiehos cherb mb copie

L’Harmony of the Seas naviguera cet été en Méditerranée occidentale avant de rejoindre les Caraïbes à l’automne. Deux navires de la même série sont actuellement en commande aux chantiers de Saint-Nazaire, livrables en 2018 et 2021.

Publicité
Publicité