Ateliers de réflexion du Conseil National de la Mer et des Littoraux des 24 et 25 avril 2019

Dans la soirée du 24 avril s’est déroulée la réception des Apéritifs mer à l’Hôtel de Roquelaure en présence de François DE RUGY, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, et d’Élisabeth BORNE, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire chargée des Transports, réception au cours de laquelle Madame Karine CLAIREAUX présidente du Conseil National de la Mer et des Littoraux s’est exprimée en ces termes suite à la première journée des ateliers de réflexion organisés ces 24 et 25 avril au Ministère à La Défense :

 

« Dès ce matin on sentait que les gens avaient envie de s’exprimer, avaient envie de répondre certes à la commande que vous aviez passée mais surtout avaient des choses à dire. Dans tous les groupes de travail on a beaucoup discuté, il en est ressorti des choses que je ne vais pas énumérer, mais une chose est sûre c’est que sur le Grenelle de la mer (c’était l’essentiel de la discussion aujourd’hui), ça a été le début de quelque chose, une prise de conscience pour créer une communauté maritime et commencer à « maritimiser » les esprits (on n’y est pas arrivé complètement encore aujourd’hui mais cela va venir et nous nous y employons tous). A différents niveaux, mais quasiment dans tous les groupes de discussion, il a unanimement été acté que cette gouvernance à cinq (NDLR : État, Élus, Organisations syndicales, Organisations patronales et Organisations environnementales) était pleine de sens, et quand elle avait été créée il y avait de bonnes raisons à cela et je souhaite que l’on puisse continuer à travailler dans le même état d’esprit, que l’on soit force de propositions et que l’on fournisse tout ce que l’on est en capacité de faire car avec les différents collèges, on doit faire les propositions pour les CIMER et autres occasions. Les gens qui sont en face de vous ce soir, près d’une centaine d’inscrits pour ces deux journées, sont des gens très impliqués qui ont envie de faire en sorte que tout ce travail qui est fait sur la mer,  pour la mer et autour de la mer soit le plus constructif possible et qu’ensemble nous faisions en sorte que la France tienne la place qui est la sienne au niveau européen, car elle est leader au niveau européen sur un certain nombre de choses, mais aussi de par le monde au travers de ses outre-mer. Pour à peu près tous les groupes de réflexion, il y a une défaillance au niveau de la prise en compte ; il faut donc travailler là-dessus et être plus efficient, et en tous cas que les politiques maritimes, quelles qu’elles soient et quel qu’en soit le niveau, soient mieux appliquées dans les outre-mer : avec ce sentiment qu’ont les gens aujourd’hui des ultra-marins « loin des yeux loin du cœur », ils peinent à faire passer un certain nombre de messages qui sont extrêmement importants pour eux et pour qu’ils puissent tenir la place qu’est la leur dans leur environnement géographique . Merci à nouveau et c’est une très bonne idée que l’on puisse faire un séminaire de ce genre tous les ans, une bonne idée pour se rencontrer d’une manière différente et de le faire en dehors de tout protocole, ainsi chacun peut s’exprimer et les idées passent de manière très fluide ce qui permet d’aboutir à des choses vraiment utiles. »

 

©Aymeric Avisse Jeune Marine

 

Le 24 avril 2019 propos recueillis par Aymeric AVISSE.

 

Publicité
Publicité