Bourbon: dépôt d’une offre de reprise

Le groupe de services maritimes pour l’industrie pétrolière Bourbon, en redressement judiciaire, a annoncé mercredi faire l’objet d’une offre de reprise déposée par « une société détenue par un groupe de banques françaises », et a demandé la suspension de son titre en Bourse.

Dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire de sa holding Bourbon Corporation ainsi que de sa sous-holding Bourbon Maritime, « les administrateurs judiciaires ont été saisis d’une offre de reprise« , a indiqué le groupe dans un communiqué.

20150718102013_11072645_10152850207780938_2878169108076881066_o

Le Bourbon Orca, un des navire AHTS de Bourbon ©Ulstein

« Cette offre de reprise faite par une société détenue par un groupe de banques françaises porte sur les actifs et les activités de Bourbon Corporation« , a-t-il ajouté, sans autres précisions.

Soulignant que « d’autres offres de reprise ou de continuation pourraient être reçues« , Bourbon a demandé à l’opérateur de la Bourse de Paris, Euronext, de suspendre la cotation de ses titres à compter de mercredi et « jusqu’à la fin de l’analyse des différentes options par le Tribunal de commerce ».

Bourbon Corporation et sa filiale Bourbon Maritime avaient été placées en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Marseille début août, à la demande de l’entreprise. Cette procédure faisait suite à des discussions tendues avec ses créanciers.

Les principaux créanciers (notamment les français BNP Paribas, Crédit Mutuel, Natixis et Société Générale) avaient proposé de nouvelles liquidités et la conversion de dette en capital, ce qui leur donnerait le contrôle de l’entreprise.

La direction de Bourbon avait fait une contre-proposition permettant à Jacques de Chateauvieux, PDG du groupe et principal actionnaire, d’en conserver le contrôle.

Indépendamment de ces propositions, Bourbon avait par ailleurs fait état fin septembre d’une offre de financement de la part de la Deutsche Bank, sans la détailler.

L’entreprise avait été durement touchée par la chute des cours du brut il y a quelques années, quand les grandes compagnies pétrolières se sont mises à réduire leurs dépenses.

le Bourbon Evolution 801, navire polyvalent en opération de mise à l'eau d'un jumper au large de l'Angola

Le Bourbon Evolution 801, navire polyvalent de Bourbon ©Bourbon

Mais Bourbon a enregistré au premier semestre 2019 une timide reprise, son chiffre d’affaires ajusté progressant de 6,3% à 361,5 millions d’euros, dans un contexte de hausse des tarifs et grâce à une utilisation accrue de la flotte.

Ce qui lui a permis de ramener sa perte nette à 135,2 millions d’euros sur le semestre, contre 197,1 millions un an plus tôt.

AFP

Publicité
Publicité