CORONAVIRUS : LE MONDE DE LA CROISIÈRE FORTEMENT TOUCHÉ

©Mathieu Burnel

 

Le port de Miami a annoncé vendredi dernier que les escales des navires désarmés seront gratuites

 

Au croisement du monde du tourisme et de celui des transports, le monde de la croisière est évidemment très fortement impacté par la crise de santé publique que traverse le monde en ce moment. La plupart des compagnies de croisière a suspendu ses voyages en cours et laisse leurs navires à quai, pour une durée indéterminée. Parmi elles on retrouve aussi bien les majors (groupes Carnival, Royal Caribbean, Genting, MSC…) mais aussi les plus petites : dont Ponant, qui a annoncé hier la suspension de tous ses départs jusqu’à nouvel ordre.

 

Cette décision fait écho à l’appel des différentes autorités à reporter et limiter les déplacements de chacun au strict minimum. Ainsi vendredi dernier, le Président Trump avait appelé sur Twitter le monde de la croisière à suspendre toute opération pour au moins trente jours. Le Canada a annoncé que l’ouverture de la saison des croisières, qui a habituellement lieu début avril, était repoussée au 1er juillet. Côté France, l’arrêté publié samedi interdit « aux navires de croisière et aux navires transportant plus de 100 passagers de faire escale en Corse, et de faire escale ou mouiller » dans les eaux territoriales entourant les DOM-TOM (l’arrêté est disponible sur LegiFrance :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041722917&categorieLien=id). Il s’agit de protéger les îles, dont les médias évoquent régulièrement les moyens médicaux inférieurs à ceux de la métropole.

 

Le monde de la croisière a connu deux crises liées au Coronavirus ces dernières semaines : celle du Westerdam (début février, pendant ses croisières en Asie du Sud-Est) puis celle du Diamond Princess (fin février, alors qu’il naviguait au Japon). La première a marqué les esprits : après avoir essuyé le refus d’accès à de nombreux ports, le Westerdam avait pu débarquer ses passagers en Thaïlande. Cependant suite à des contrôles imparfaits, certains porteurs du Covid-19 ne furent diagnostiqués qu’à l’aéroport, alors qu’ils s’apprêtaient à s’envoler vers les États-Unis ou l’Europe.

Cruise Line International Association annonce la suspension des croisières autour des Etats-Unis

 

C’est ainsi une crise majeure qu’essuie la croisière en ce moment. « Nous vivons ce que notre industrie n’aurait jamais pu imaginer » explique Ken Muskat, Directeur Général de MSC US dans une interview accordée à Cruise Industry News. « Je peux vous jurer que nos employés travaillent plus intensément que jamais, mais les adaptations doivent prendre place minute par minute. » D’ailleurs même si les médias généraux parlent peu d’eux, les membres d’équipage sont les premiers au cœur de cette crise, alors qu’ils doivent à la fois encadrer et tester des voyageurs parfois paniqués d’attraper le virus ou à l’idée de ne pas pouvoir rentrer vers leur pays. Dans un courrier envoyé à tous son personnel naviguant, le groupe Royal Caribbean, qui a suspendu ses activités au 15 mars malgré l’absence de cas diagnostiqué à bord de ses navires jusque là, justifie sa décision par le fait que « la santé de ses équipages et de ses passagers a toujours été sa première priorité. » Les grands groupes de la croisière ont cependant essuyé une violente dévalue en bourse lundi dernier, leur action perdant de 20 à 27 % de sa valeur. « Le monde de la croisière est solide, il se relèvera de façon sûre et forte » conclut Ken Muskat. Reste à savoir quand… car cette crise du tourisme pourrait coûter la vie aux plus faibles ; y compris sur l’eau.

 

Mathieu BURNEL

Publicité