COSTA TOSCANA : LE PROCHAIN PAQUEBOT EUROPEEN AU GNL EN CONSTRUCTION À TURKU

Aujourd’hui prenait place une nouvelle étape phare dans la constitution d’une flotte propre par Carnival Corporation, leader mondial de la croisière. Alors que Meyer Turku termine le Costa Smeralda, qui sera exploité par la compagnie italienne à partir d’octobre, les chantiers finlandais ont découpé la première tôle du Costa Toscana, jumeau du premier et livrable en 2021. D’une capacité d’environ 5400 passagers, ces navires sont les premiers de la flotte Costa utilisant le GNL comme carburant. Via sa filiale germanophone Aida, Costa exploite déjà trois navires propulsés au gaz naturel (AidaPrima, AidaPerla et AidaNova) et s’apprête à en recevoir deux supplémentaires, en 2021 et 2023.


L’enjeu est de taille pour le géant américain : sur les 104 navires qu’il arme à ce jour, les trois exploités par Aida sont les seuls propulsés au gaz. Le groupe a doté ses autres unités de systèmes de lavage des fumées (scrubbers), permettant de conserver le fioul lourd comme carburant d’usage : sur son site voué à répondre aux critiques environnementales ( voir ci-dessous) , il justifie ce choix par le fait que les scrubbers permettent de réduire encore plus le bilan carbone et le taux de particules fines dans les échappements que l’utilisation d’un carburant réputé plus propre (MGO par exemple). Cependant parmi les 21 navires qu’il a actuellement en commande, 9 adopteront une propulsion au GNL. En plus d’une réponse aux critiques de plus en plus nombreuses – et souvent discutables – faites au monde de la croisière au regard de son impact écologique, il s’agit pour le groupe de préparer la mise en place de MARPOL 2020, qui abaisse les taux de souffre dans les gaz d’échappement des navires marchants à 0,1 %.

 

Carnival
Publicité
Publicité