Crise chinoise: Les armateurs renseignent Bercy

En cette fin de  période estivale, l’irruption de la crise chinoise, commencée par la dévaluation « surprise » du yuan le 10 août, a perturbé l’ensemble des places financières mondiales, laissant craindre l’explosion d’une « bulle spéculative » entraînant un séisme touchant toute l’économie mondiale.

Les statistiques fournies par Pékin n’étant pas fiables, annoncent encore officiellement 7 % de croissance prévue en 2016. Les analystes financiers donnent une fourchette entre 2 % et 6 %.

Pour y voir plus clair dans ce brouillard épais de statistiques, les experts de Bercy ont questionné les principaux armateurs mondiaux spécialisés dans le transport des conteneurs, pour mieux appréhender l’activité économique réelle de la Chine. MSC, Maersk ou CMA-CGM arrivent à la même conclusion. La croissance est nulle en Chine.

Le transport maritime a toujours été le reflet direct de l’économie mondiale, donnant une vision bien plus concrète de la situation réelle que les batteries d’ordinateurs et d’experts qui alimentent les décideurs politiques d’analyses basées trop souvent sur des éléments non pertinents.

Pour les pilotes des ports du range nord-européen, quand les navires affichent des tirants d’eau moins élevés, c’est l’annonce d’une crise économique probable dans les 6 prochains mois. Depuis le début 2015, les tirants d’eau moyens des maxi porte conteneurs sont passés de 14.5 m à moins de 12 m, voire autour des 10 m à l’import pour ceux venant d’Asie.. On retrouve la même tendance vers l’Amérique du Sud.

Les turbulences et le gros temps semblent être encore devant nous.

MSC Filomena

Sources Le Point / Jeune Marine

 

 

 

 

Publicité