Eolien en Manche: Installation d’un mat de mesures au large de Fécamp

L’étrange fondation gravitaire en béton supportant le mât de mesures construit sur le quai de Bougainville au Havre, a enfin quitté  la darse de l’océan où il patientait depuis plus de trois mois qu’une fenêtre météorologique favorable s’ouvre (Vent < 20 nds et mer < 1,5m durant 72 heures).

mat 1 EHplan convoi

Le dimanche 8 février 2015, les opérations de prises de remorque par les trois remorqueurs de Boluda (VB 22 Gascogne, VB 11 Octevilledu Havre et VB 71 Puissant venu de Dunkerque) ont commencé vers 3 h 30 du matin. À 5 h 50, le convoi a commencé ensuite son transit vers l’écluse François 1er avec une vitesse comprise entre 0,4 nds et 0,8 nds pour éviter une prise de gîte trop importante de la structure pouvant augmenter le tirant d’eau initial de 15,2 m, avec un clair sous quille de 30 cm. Entré au lever du jour dans l’écluse, le convoi a quitté l’écluse en fin de matinée, franchissant les digues du port du Havre vers 13 h.

mat 2 EHmat 3 Eh

Le transit vers le point de positionnement à environ 15 kilomètres au nord du port de Fécamp s’est effectué à une vitesse moyenne de 3,5 nds, dans une mer agitée. Le convoi était accompagné par le Boa Bison, navire de soutien transportant le ROV chargé d’effectuer l’immersion définitive de la structure gravitaire à la position prévue. Arrivé vers 23 h sur zone, les opérations de positionnement et d’immersion de la fondation gravitaire se sont terminées le lundi 9 février vers midi. La marge de tolérance pour le positionnement du mat était de 3 mètres. Les trois remorqueurs de Boluda ont réussi à le positionner à 0,7 mètre de la position théorique. Par comparaison, c’est une erreur de moins d’un millimètre sur  le positionnement d’un poteau béton supportant une ligne EDF. Le ROV a ensuite manipulé les vannes situées à la base de la fondation pour terminer de remplir d’eau le volume interne de la fondation pour qu’elle repose parfaitement sur le fond. Le ROV a également effectué le largage des remorques fixées sur la base de la fondation.

mat 4 FCmat 5 JVD

Ce mât de mesures, haut de près de 90 mètres avec environ 30 mètres immergés, est chargé de collecter le maximum de données sur la zone du futur champ éolien de Fécamp: forces et directions du vent, du courant, de la houle, mais aussi le passage des oiseaux migrateurs et même des chauves-souris. Sous l’eau, des hydrophones, sonars et autres capteurs doivent évaluer la présence des poissons, enregistrer les sons des dauphins et baleines, etc.

Ce principe de fondation gravitaire permet de s’affranchir de moyen de levage lourd lors de l’installation sur la zone du champ d’éoliennes. Cependant, dans le cadre de ce projet, il est prévu la construction d’environ 80 structures gravitaires qui seront deux fois plus lourdes que celle du mât de mesures. Il faudra prévoir des remorqueurs plus puissants et dédiés à ce trafic. En effet, la fabrication et le transit de ces 80 éléments seront concentrés sur deux années (2017/2018). Si on tient compte des « fenêtres météorologiques défavorables », le rythme de livraison sur zone devra être de 2 structures par semaine, pour tenir les délais.

mat 6 JVDmat 7 EH

Outre le défi technologique de ce procédé, une intense bataille va commencer pour réussir à décrocher les contrats autour de ce transport innovant. Nul doute que Boluda va devoir se battre contre les majors du secteur, et plus particulièrement les compagnies de remorquage hollandaises, qui sont en embuscade pour décrocher le marché.

Publicité