Fidélio : 50 000 spectateurs en un mois ( Actualisé)

Un mois après sa sortie le soir de Noël, le film de Lucie Borleteau, Fidélio, a drainé vers les salles obscures plus de 50 000 spectateurs.

Très belle performance pour un premier long métrage. Le film continue son parcours dans les festivals et prix. Ariane Labed nommée pour le Prix Lumières du meilleur espoir féminin pour son rôle dans Fidélio. Au festival de Palm Springs, Lucie Borleteau remporte la mention spéciale du jury  « Nouvelles voix, nouvelles visions ». Les critiques cinématographiques saluent le parcours d’une femme libre dans un univers qui leur est totalement étranger, d’où ce décalage fortement ressenti au sein de la marine marchande entre fantasmes et réalité.

Depuis un mois, les réactions passionnées sur les réseaux sociaux marmar, montrent que Fidélio ne fait pas l’unanimité chez les marins. Beaucoup reconnaissent l’excellent rendu de l’ambiance à bord, mis en valeur par un format et un cadrage de prises de vues performant dans un décor réel. Nombreux sourires et rires devant les clichés glissés par la réalisatrice dans son scénario : le baiser « Titanic » à la proue, le « black out » que tout le monde attend lors d’une nuit sentimentale, la virée de l’équipage en bordée à Dakar plus que caricaturale, un Commandant galonné se baladant sur le parquet machine et bien d’autres. Certains personnages sont bien à leur place : Le Second Capitaine roumain, les ouvriers mécaniciens philippins, le vieux Chef Mécanicien, bien souvent avec des paroles fortes, des regards et des silences donnant une certaine nostalgie d’un monde qui s’éloigne.

Le malaise vis à vis de ce film vient bien entendu des jeunes femmes élèves et officiers qui ne se retrouvent aucunement dans le personnage d’Alice. Elles se considèrent comme femmes-marins qui restant naturelles, sans chercher à séduire, sont toujours très bien accueillies à bord, sans qu’il n’y ait aucun sous entendu dans leurs relations entre collègues. Il y a toujours des femmes marin qui usent de leurs charmes durant leur embarquement, mais elles ne sont alors pas respectées dans leur travail, et leur façon d’être déplaît. Le malaise est aussi chez les hommes qui sont bien plus respectueux que le laisse penser le film.

Une seule question demeure : quel impact aura ce film sur les futurs recrutements d’élèves de l’ENSM ? comme le rappelle une femme officier :  » J’espère que ce film ne découragera pas les prochaines générations de pilotines, en tout cas, celle qui viennent pour les bonnes raisons et que cela n’encouragera pas trop celles qui entrent dans l’école pour séduire le plus d’hommes possible! On fait un métier fabuleux, dans des ambiances géniales et avec des gens passionnants, issus de tous les horizons.« 

Début de réponse lors des prochains concours d’entrée à l’ENSM, 18,19 mai 2015 pour les chef de quart machine , et 21 mai pour le cycle ingénieur.

En attendant, deux nominations aux Césars pour Fidélio: meilleur premier film 2014 et meilleur espoir féminin pour Ariane Labed. Une belle promotion en perspective.

Fidelio 5Fidelio 4

Publicité