HYDROcontest: C’est parti!

Deux équipes de l’ENSM participent au challenge international HYDROcontest qui commence aujourd’hui jusqu’au 27 juillet sur le lac Léman.

Ce challenge est organisé par la société Hydros, basée à l’EPFL Innovation Park ( École Polytechnique Fédérale de Lausanne) et réunis pour sa seconde édition 7 nations, 14 équipes, et 120 étudiants venus de Suisse, France, Brésil, Colombie, Russie, Australie et Pays-Bas. La France est représentée par deux équipes de l’ENSTA et les deux équipes d’Hydros: l’équipe havraise Hydro’sride et l’équipe marseillaise Hydro Tech’. Le but est d’imaginer le bateau le plus rapide et le moins gourmand en énergie.

hydrotech 2

L’objectif d’Hydros, par ce concours qui sera récurrent, est de sensibiliser les jeunes ingénieurs aux défis – surtout énergétiques – posés par le transport maritime de marchandises. Les étudiants n’ont disposé que de deux semestres pour concevoir, réaliser et tester leur embarcation. D’où une course permanente pour rassembler les moyens financiers, techniques et humains.
Ces équipes d’étudiants doivent présenter des bateaux aussi économes et performants que possible, dans les limites d’un certain gabarit (une boîte de 2.5×2.5x2m), avec un moteur électrique de 1kW et des batteries fournis par l’organisateur. Une catégorie « navire de charge » impose un chargement de 200 kg, pour une vitesse cible de 4 — 5 noeuds (catégorie Transport de Masse — TM). L’autre demande une charge utile de 20 kg, pour une vitesse cible de 10 noeuds (catégorie Embarcation Personnelle — EP). Les bateaux doivent réaliser des parcours de 400 et 600 mètres en un temps record.

Le résultat est impressionnant avec des bateaux au look totalement extraterrestre pour 20 ou 30 % de consommation de carburant en moins. Les finales ont lieu samedi et le vainqueur repartira avec 100.000 francs suisses pour tenter de passer de la maquette à la phase industrielle.

La première journée a connue quelques embûches pour l’équipe marseillaise Hydro Tech’ : « Le bateau semi-submersible, construit par Hydro Tech possède un tirant d’eau d’environ 2 mètres. Or la profondeur du lac à l’endroit où déroule le challenge est de 2,5 m. Sa grande hélice ramasse les algues.
Malgré 3 essais, le SWATH n’a pas pu évoluer comme prévu. Il a cependant réussi 3 départs très convaincants, dont un avec “vol”.
Hydro Tech quitte la compétition “bateau en charge” et prépare sa participation à l’épreuve de demain : transport de passagers. »
Le projet marseillais ressemble à celui d’une des deux équipes de l’EPFL. Elle a développé le même principe, mais avec un tirant d’eau de 1 mètre… L’avantage des locaux. ( Voir Vidéo à la une)

Quant aux élèves du Havre, l’électronique toujours l’électronique… : » FlyWood « a pris un excellent départ dans le challenge “navire en charge”. Le bateau havrais a passé la première bouée un peu au large, puis s’est éloigné de sa route, jusqu’à ne plus être à portée de commande. Pour autant, l’équipe ne lâche rien et travaille sur la télécommande. À 18h un nouvel essai est autorisé, rien n’est perdu !!

Monsieur François MARENDET, directeur général de l’ENSM et trois professeurs soutiennent sur les rives du lac Léman les deux équipes d’Hydros.

marendet hydrocontest

Vous pouvez suivre l’aventure des deux équipes de l’ENSM en allant sur les liens suivants, voir les prototypes de l’EPFL et apercevoir certaines réalisations :

Hydro Tech’ ENSM Marseille

Hydro’sride ENSM Le Havre

Vidéo de l’EPFL

Publicité