La coque et la superstructure du Honfleur assemblées

La construction du Honfleur, le nouveau navire de Brittany Ferries propulsé au GNL, avance à grands pas. La quasi-totalité de sa superstructure, composée de 2 gigantesques blocs de 2400 tonnes, vient d’être positionnée sur sa coque, 7 jours seulement après le lancement du navire au chantier FSG de  Flensbourg.

Le bloc de 2 400 tonnes a été acheminé par barge © Brittany Ferries

« Il n’aura fallu que sept jours, après la mise à l’eau du Honfleur pour que le navire prenne sa forme définitive« , commente Christophe Mathieu, Président du Directoire de Brittany Ferries. « Une nouvelle étape débute dès à présent, après le développement de son infrastructure GNL innovante et de sa coque hydrodynamique. Place à l’installation des espaces publics concentrés sur une expérience unique proposée aux voyageurs. Au-delà des restaurants, boutiques, cabines, salons largement ouverts sur la mer, des innovations numériques interactives et immersives seront déployées et offriront aux passagers de nouvelles découvertes« .

Les géants de Gdansk

Chaque bloc est constitué de cinq ponts de plus de 40 mètres de long sur 31 mètres de large. Ils abritent les espaces passagers, ses 261 cabines et sa passerelle. Les blocs ont été construits dans les chantiers navals historiques de Gdansk en Pologne, aujourd’hui également spécialisés dans les yachts de luxe et les paquebots de croisière. Ils ont été ensuite remorqués sur des barges vers le chantier FSG à Flensbourg dans le nord de l’Allemagne, pour y rejoindre la coque.

Le bloc hissé à plus de 70 mètres de hauteur a été installé sur la coque du Honfleur © Brittany Ferries

Les blocs ont été positionnés sur la coque par le Gulliver, un navire lourd de 22 400 tonnes exploité par Scaldis, équipé de deux grues jumelles qui s’élèvent à 100 mètres, et peuvent à elles deux soulever les blocs géants, pesant jusqu’à 2000 tonnes chacun, à une hauteur de 78 mètres.

Les blocs ont été installés avec une précision de quelques millimètres seulement. Une manœuvre rendue délicate du fait que l’opération soit réalisée en mer. Les travaux de soudure, de raccordement des tuyauteries et de câblage entre les 2 structures, ainsi que l’installation et l’aménagement des cabines et des espaces publics peuvent maintenant débuter.

« Soulever les ponts sur la coque de cette façon a l’air spectaculaire, mais ce procédé est aussi très ingénieux« , déclare Anna-Lena Bubenheim, chef de projet du Honfleur au chantier FSG.

« Construire la coque et les ponts supérieurs séparément et simultanément est plus efficace et réduit considérablement le temps de construction. Nous nous réjouissons de la compétence de nos équipes ici à FSG, ainsi que celle de nos partenaires et fournisseurs qui ont œuvré pour que ces énormes sections s’assemblent avec une précision millimétrique. »

Au millimètre près, la pose d’un bloc du Honfleur © Brittany Ferries

 

 

Publicité
Publicité