Les prochains ULCVS de 22 000 evp de CMA-CGM sans bulbe d’étrave !!!

À l’occasion de la cérémonie de la découpe de la première tôle des deux premiers exemplaires de la série de 9 navires de 22.000 evp commandés par CMA-CGM aux chantiers Hudong Zhonghua Shipyard, fin juillet 2018, de nouveaux visuels des futurs navires présentés par le chantier montrent un navire sans bulbe d’étrave. Lors de la présentation de cette commande historique d’un montant de plus de 1,2 milliard de $ en septembre 2017, le plan de coque comportait un bulbe (Plan catalogue du chantier d’un navire de 23.208 evp, ramené à 22.000 evp en raison de l’installation des capacités de gaz).

Après plusieurs décennies où la recherche de vitesse a guidé le développement des navires porte-conteneurs, la crise de 2008 et l’approche de l’entrée en vigueur le 1er janvier 2020 des nouvelles normes de l’OMI concernant la teneur en soufre de 0,5% du fuel contraint durablement les armateurs à faire le choix du « slow-steaming ».

Le principe du bulbe d’étrave est de créer une vague artificielle, modifiant le flux d’eau autour de la coque en diminuant la traînée quand la vitesse augmente. Des études ont montré un gain d’efficacité maximum de 15% pour les vitesses les plus élevées. Comme le note Alphaliner, la baisse des vitesses de transit due au « slow-steaming » et l’augmentation des pontées de conteneurs vides ont progressivement diminué les avantages des bulbes.

Certains armateurs, dont CMA-CGM, ont d’abord fait le choix de changer les bulbes d’étrave de certains navires après des études de carènes dans les nouvelles plages de vitesses d’utilisation.

Malgré l’avantage de coût unitaire de déployer des navires propulsés au LNG, CMA-CGM avec cette première commande historique cherche clairement à obtenir une longueur d’avance dans la course aux navires rentables pour la prochaine décennie.

La hausse du coût des soutes est actuellement le plus grand risque pesant sur la rentabilité du transport maritime. En 10 mois, le prix du FO 380 (fioul lourd) est passé de 320 $ à 440 $ la tonne. Selon l’agence de notation allemande Scope dans une étude publiée cette semaine, il faut s’attendre à une hausse d’environ 25 % du prix des soutes en 2018, comparés à 2017. L’augmentation du prix du baril de pétrole et donc des soutes va augmenter la pression sur la rentabilité opérationnelle des navires les moins efficaces techniquement.

 

 

Source Loadstar

 

 

 

 

 

Publicité
Publicité