Maersk met en œuvre des directives sur le chargement des marchandises dangereuses

Maersk a maintenant achevé la mise en œuvre de nouvelles directives visant à améliorer la sécurité de la flotte de navires porte-conteneurs à la suite de l’incendie mortel à bord du Maersk Honam  en mars dernier.

Maersk Hanoi, sister ship Maersk Honam © jeunemarine.fr

La compagnie maritime a procédé à un examen approfondi des pratiques et des politiques de sécurité en matière d’arrimage des cargaisons dangereuses après l’incident, qui a coûté la vie à cinq membres d’équipage.

La société a évalué plus de 3 000 références de matières dangereuses des Nations Unies afin de mieux comprendre et d’améliorer l’arrimage des cargaisons dangereuses à bord des porte-conteneurs et a élaboré un nouvel ensemble de principes appelé arrimage des marchandises dangereuses fondé sur le risque (Risk Based Dangerous Goods Stowage) .

Pontée Maersk ©jeuenmarine.fr

En collaboration avec la société de Classification américaine ABS,  Maersk a appelé à un atelier collaboratif avec d’autres parties prenantes du secteur pour mener une étude complète sur l’identification des dangers qui a validé ces nouvelles directives.

Les principes d’arrimage des marchandises dangereuses en fonction des risques ont également été présentés à l’Organisation maritime internationale (OMI) ainsi qu’aux autorités maritimes danoises.

Ole Graa Jakobsen, responsable de la technologie de la flotte à Maersk, a déclaré: «Toutes les cargaisons à bord du Maersk Honam ont été acceptées conformément aux exigences du Code maritime international des marchandises dangereuses et arrimées à bord du navire en conséquence. Malgré cela, l’incendie ayant pris naissance dans une cale devant le logement où se trouvaient plusieurs conteneurs de marchandises dangereuses, le dénouement a été catastrophique. »

« Cela nous a clairement montré que les réglementations et les pratiques internationales en matière d’arrimage des marchandises dangereuses doivent être revues afin de protéger de manière optimale l’équipage, la cargaison, l’environnement et les navires. »

Les différentes conceptions de porte-conteneurs ont été examinées du point de vue de l’atténuation des risques et six zones de risque ont été définies.

Le fret couvert par le Code maritime international des marchandises dangereuses ne sera plus rangé près de  l’installation de propulsion principale, définie comme la zone présentant la tolérance au risque la plus faible.

De même, la tolérance au risque sera faible sous le pont et au milieu du navire, tandis que la tolérance au risque sera plus élevée sur le pont avant et arrière.

En utilisant des statistiques sur les incendies de conteneurs dans le système de notification d’incident de cargaison (CINS), Maersk a défini quels numéros ONU peuvent être stockés dans chaque zone à risque.

Jakobsen a ajouté: «Les incendies de navires porte-conteneurs sont un problème pour l’ensemble de notre industrie et nous avons l’intention de partager et de discuter de nos enseignements tirés de cet examen approfondi dans les forums sectoriels pertinents. »

Dans les mois à venir, une étude visant à créer les meilleures pratiques de gestion de l’arrimage des marchandises dangereuses sera entreprise avec la participation de l’ABS, Lloyds Register, le groupe international des clubs P&I, le bureau national du fret, le TT Club et Exis Technologies.

Une fois le projet achevé, les meilleures pratiques de gestion seront publiées et présentées à l’Organisation maritime internationale (OMI).  Vu le poids de Maersk, le code IMDG du transport de marchandises dangereuses ne devrait pas tarder a être modifié.  

Source: container mag

 

Publicité
Publicité