Moby Niki, possible retour en Corse d’un patriarche.

Construit en Allemagne et mis en service sous pavillon suédois en 1974, l’Europafarjan III aura relié Varberg (Suède) à Grena (Danemark) pour le compte de Lion Ferries, puis de Stena Line. À partir de 1983, le ferry, alors Corsica Serena II, a navigué sous pavillon italien entre la Corse et le continent aux couleurs de Corsica Ferries, jusqu’à sa vente en 2011. Il fut jusqu’à récemment exploité sous le nom d’European Voyager, sous pavillon panaméen puis chypriote, entre le sud de l’Italie et l’Albanie. Seuls les logos de Corsica Ferries ont été effacés sous une couche de peinture jaune, la même qu’il arborait lorsqu’il desservait l’île de Beauté.

Moby Niki

L’European Voyager a été vendu à Moby Lines le mois dernier et renommé Moby Niki.

Si la compagnie n’a pour le moment pas communiqué à propos de cette acquisition, il apparaît très probable que le Moby Niki relie de nouveau la Corse au continent, toujours sous pavillon italien, mais cette fois pour une autre compagnie, du jamais vu jusqu’à présent. En effet, ses caractéristiques (1400 passagers et 400 véhicules pour une trentaine de cabines seulement) font de lui un navire adapté à la desserte de lignes courtes, telles que Livourne – Bastia ou Piombino – Bastia, et par ailleurs semblable aux Moby Vincent et Moby Kiss, affectés à cette ligne. Il n’est cependant pas à exclure que le ferry soit déployé à l’île d’Elbe, entre Piombino et Portoferraio, peut-être en remplacement des Moby Ale (1969) ou Moby Baby (1966).

Le Moby Niki sera quoi qu’il en soit en utilisé comme un outil de concurrence directe face à la compagnie qu’il a longtemps servie au par-avant.

Publicité
Publicité