MSC lance la construction des WORLD CLASS et l’utilisation de la pile à combustible

MSC Grandiosa quittant les Chantiers de l’Atlantique @ Mathieu Burnel

Une journée riche que ce 31 octobre pour les Chantiers de l’Atlantique : le géant MSC Croisières prenait livraison de son dernier né, le MSC Grandiosa (ci-dessus) et découpait la première tôle de sa prochaine série, les World class. Les quatre paquebots concernés seront livrés entre 2022 et 2026 : longs de 330 mètres, ils pourront chacun accueillir 5 400 passagers. Le lancement de la construction du premier prototype fut l’occasion de révéler son nom : il sera baptisé MSC Europa. Son coût unitaire est de 1,2 milliards de dollars, parmi les records du monde de la croisière.

Signature du partenariat pour l’implantation d’une pile à combustible à bord du MSC Europa @ Mathieu Burnel

Ce budget exceptionnel n’est pas (seulement) imputable à la taille du navire : le MSC Europa inaugurera une nouvelle étape dans la croisière plus propre. « Étape par étape, nous avançons vers notre but ultime : une navigation zéro rejet » décrit Gianluigi APONTE, Président et Fondateur de l’armement Mediterranean Shipping Company. Depuis la classe Fantasia, livrée entre 2006 et 2008, l’armateur évoque une baisse de la consommation de fioul par passager de 36 %. MSC travaille depuis maintenant plus de vingt ans avec Saint-Nazaire : premier client des Chantiers de l’Atlantique, la compagnie possède la plus jeune flotte du monde de la croisière. D’ici à 2027, elle doit inaugurer douze nouveaux navires. Scrubbers à boucle fermée, courant de terre, batteries… MSC implante à bord tous les systèmes pouvant réduire l’emprunte carbone de ses navires : quitte à investir vers des technologies encore rares et mal maîtrisées.

Le MSC Europa sera d’ailleurs le premier navire de la compagnie propulsé au gaz naturel… mais l’armateur italo-suisse souhaite aller beaucoup plus loin. La classe World sera occasion de développer une technologie aussi prometteuse que rare en mer : celle de la pile à combustible, cette centrale produisant chaleur et électricité via la transformation de dihydrogène en eau. Son implantation à bord des navires a longtemps été freinée par la source d’énergie : comment peut-on baser la chaîne énergétique d’un bateau sur le H2, un des éléments les plus inflammables voire explosifs jamais connus ? Cependant les technologies ont déjà évolué : les piles utilisées par MSC fonctionnent à partir du gaz naturel liquéfié, combustible à la gestion désormais maîtrisée par le monde de la croisière.

Signature du partenariat pour l’implantation d’une pile à combustible à bord du MSC Europa @ Mathieu Burnel

Le développement de cette technologie est fruit d’une collaboration entre MSC, le Bureau Véritas, l’ADEME et la société Seatec. Il s’agit d’une pile à combustible à oxyde solide (SOFC) fonctionnant à haute température (750°C). Si le prototype implanté à bord du MSC Europa verra sa puissance restreinte à 50kW, chaque navire à suivre en recevra une plus grande : MSC vise une puissance de 10MW d’ici quelques années. « Nous l’avons toujours rapporté : l’océan constitue notre ADN » rappelle Monsieur APONTE. « De toute façon lorsque le MSC Europa sera livré, nul doute qu’il sera le paquebot le plus propre du monde. »

Vue future World class © MSC

 

Mathieu Burnel

Publicité
Publicité