Naufrage du Ming Guang : Absence de brevets pour le Commandant et le Chef Mécanicien.

Le Commandant et le Chef Mécanicien de la drague à godets Ming Guang, pavillon cambodgien, qui a coulé le 26 décembre 2014 au large du Japon ont été incapables de fournir un brevet ou un document quelconque attestant de leurs compétences maritimes. L’enquête des Autorités japonaises a montré que le duo originaire du Bangladesh n’avait qu’une connaissance symbolique du métier de marin. Le « Commandant », Mostofa Kamal, était manœuvre sur le port de Mongla. Le « Chef », Moniruzzaman, était lui aussi manœuvre sur le même port, ayant toutefois tenté de passer un examen de mécanicien. Ils ont été recrutés par un courtier qui les a envoyés travailler pour une entreprise chinoise. Les Autorités cambodgiennes ont approuvé plus tard leurs fonctions de Commandant et de Chef sur le Ming Guang, sur la foi probable de faux documents et d’un peu de numéraire.

Cela rappelle une époque pas si lointaine, avant que la Pologne ne rejoigne l’Union Européenne, moyennant 700 US$, vous obteniez en cinq jours tous les brevets nécessaires pour naviguer auprès d’officines à Varsovie.

Publicité