Ocean Fresh Water: Le Gouvernement français passe à côté d’un excellent dossier

Englué dans les dossiers sensibles électoralement de la SNCM et de MyFerryLink, le Gouvernement français laisse filer à l’étranger le premier armement innovant français du 21 éme siècle. En effet, depuis  la Compagnie du Ponant à la fin des années 80, le paysage armatorial français n’avait enregistré la création d’une nouvelle compagnie en dehors des changements de noms liés aux rachats ou changements d’actionnaires.

Océan Fresh Water (OFW) a été crée pour armer des navires-usines destinés à produire de l’eau douce en bouteille à partir d’une eau de mer pompée à 250 mètres de profondeur pour la livrer en bouteilles dans les pays en manque d’eau. (voir article du mois du 23 mai 2014). C’est un projet de 40 millions d’euros au départ. Les débouchés commerciaux sont assurés par la signature de contrats avec notamment des pays du Moyen-Orient. Ces contrats comportent une date limite pour la première livraison en 2015. Cette échéance conditionne tout le projet. Deux navires d’occasion sur le marché ont été sélectionnés. Pour les acheter et les transformer, OFW a obtenu 50 % du financement auprès de banques partenaires, mais a dû se tourner vers l’État français pour sécuriser les 50 % restant. En effet, OFW souhaitait armer les navires sous pavillon français avec des équipages assurant la production d’eau à bord, aidé d’une suite de logiciels spécialement conçus par Optimum Consulting, société mère d’OFW. C’est cette aide technologique qui permet au projet de garder une longueur d’avance face à la concurrence. En contrepartie, OFW s’engage à embaucher à terme plus de 600 marins français, essentiellement des officiers mécaniciens.

Malheureusement, lors d’une réunion du CGI (Commissariat Général à l’Investissement), animée par  Monsieur Jean-Luc MOULLET Directeur de programme compétitivité, filières industrielles et Transports à Matignon le 27 juin, le projet a reçu en cinq minutes une fin de non-recevoir de la part du Gouvernement.

Face à ce blocage administratif, les initiateurs du projet ont lancé une pétition destinée au Premier Ministre, Monsieur Valls et à Madame Royal, ministre de tutelle des transports. Les porteurs de ce projet s’expliquent : « L’heure est grave, l’État Français ne semble pas concerné ni par l’avenir de la marine marchande, ni par ses marins, ni par OCÉAN FRESH WATER.
Plusieurs fonds d’investissements étrangers sont prêts à se lancer dans l’aventure, L’État Français n’est pas conscient que son immobilisme va donner un nouveau tournant à la compagnie OCÉAN FRESH WATER qui n’aura d’autres choix que de se tourner vers les capitaux étrangers. Nous, tous ensembles faisons en sorte que l’État Français ouvre les yeux et ne laisse pas s’échapper à l’étranger OCEAN FRESH WATER.
OCEAN FRESH WATER c’est la création de 600 postes de marins. Un nouveau souffle pour le monde maritime. »

Dès le samedi 28 juin, les négociations avec un fonds d’investissements industriels arabe étaient engagées à Paris. Si une réaction politique forte n’intervient pas dans les tout prochains jours, le Gouvernement français confirmera son manque de considération pour la marine marchande française en laissant filer ce dossier prometteur vers des rivages plus accueillants.

Vous pouvez consulter la pétition en clicquant sur ce bouton

Pétition pour OFW

 

Publicité