Passage du Nord-Ouest à la rame: Saison 3

Pour la troisième année consécutive, Charles Hedrich poursuit son défi arctique : le passage du Nord-Ouest à la rame en solo. 6000 km à parcourir dans les glaces du Grand Nord, du Détroit de Béring (Alaska) à la mer de Baffin, face au Groenland, à bord d’un rameur de 160 kg à vide. Une expédition engagée : météo imprévisible, risque de gros coups de vent, courants, vulnérabilité à bord d’un bateau si léger, état des glaces qui évoluent très vite, … sans oublier les ours polaires et les baleines.
En 130 jours d’expédition ( durant les étés 2013 et 2014), Charles Hedrich a déjà parcouru 5000 km. Au programme cet été les 1000 derniers kilomètres pour réussir cette première mondiale. Un impératif : sortir du passage avant fin septembre. Après c’est l’inconnu, tout peut regeler jusqu’à l’été prochain.
Après 7 jours de stand-by en raison de vents de face de 30 à 40 km/h empêchant toute progression, Charles Hedrich a repris la route vers la mer de Baffin.

PNO Rame Charles Hedrich l'interieur de la cabine du Rameur des Glaces
Après une première journée correcte de 50 kilomètres, Charles Hedrich a dû affronter de mauvaises conditions météo: un vent de face de 30 à 40 km/h. Impossible de ramer. Pire encore, les vents l’ont fait reculer de 20 kilomètres avant qu’il ne se mette à l’abri dans une petite baie en attendant des jours meilleurs.
Á bord du Rameur des Glaces, petit bateau de 160 kg avec une cabine d’à peine 1 m² pour vivre (hors loi Carrez), l’aventurier a dû faire preuve de patience. Il en a profité pour tester tout son matériel et s’est aperçu d’un problème avec son banc de nage. Monté sur des roues de skateboard, elles n’ont pas supportés l’hivernage et ont cassées les unes après les autres. Il a donc bricolé un système de fortune.
Jeudi 20 août, à peine le vent avait-il commencé à baisser, qu’à 2h00 du matin heure locale, 10h00 heure française, Charles Hedrich était déjà en position pour reprendre les rames. « Depuis maintenant quelques jours, ça se passe bien, des petits vents, voire une mer d’huile, des paysages absolument magnifiques », a-t-il confié aujourd’hui. Il a même croisé deux voiliers au moteur, mais, à bord de son petit bateau à rames, ils ne l’ont pas vu…
Au treizième jours d’expédition, le 26 août, il rencontre toujours des conditions difficiles : « J’ai toujours du vent de face. Même pour aller boire un verre d’eau, il faut que je mette l’ancre pour ne pas reculer. C’est extrêmement physique. » Plus de 200 kilomètres ont été parcourus.

PNO RameCharles Hedrich  bord du Rameur des Glaces

Dans sa quête de défis sportifs et humains, Charles Hedrich a réalisé cet hiver la première traversée du désert d’Atacama en autonomie sans ravitaillement.

Jeune Marine suit cet ancien hydro de la promotion 1978. Nous avions relaté son défi arctique dans le JM 220 : article passage du NW JM 220

 

Publicité