SEA TANKERS: 57 licenciements dont 36 navigants et 10 navires en moins.

Début d’année difficile pour la compagnie SEA TANKERS, qui vient de présenter au comité d’entreprise un plan de sauvegarde de l’emploi le 30 janvier 2015.

lacanau

4 millions d’euros ont été débloqués pour financer ce plan de licenciement qui débutera dès le mois d’avril 2015. D’ici la fin juin, 30 officiers et 6 assistants pont et cuisiniers sur un total de 84 navigants français auront posé sac à terre, mais également 21 employés sédentaires du siège de la compagnie à Bordeaux.

SEA TANKERS est une filiale du groupe belge SEA-INVEST qui, en 2007, a racheté Pétromarine et Fouquet-Sacop pour les placer sous la même entité.

Peter Raes, le Directeur général de l’entreprise, fait pression pour obtenir l’application rapide en 2015 de la loi de 1992 élargie aux transports de produits raffinés.

Sa menace de sortir de sa flotte une dizaine de navires est mise à exécution. Après le ST Charlotte vendu début janvier (rebaptisé Iver Ability chez l’armateur Vroon), le FS Philippine changera de pavillon avant la mi-février. Sur les douze pétroliers immatriculés sous pavillon RIF, quatre vont quitter le pavillon bis national. Les six autres sorties de flotte concernent des navires sous pavillons étrangers.

La flotte de SEA-TANKERS est majoritairement issue des chantiers turcs avec une moyenne d’âge de 10 ans qui laisse clairement apparaître la maigre qualité des matériaux utilisés à la construction, peut-être associés à une maintenance a minima.

Les taux de fret actuels ne permettent pas d’envisager une remise à niveau de la flotte et encore moins son renouvellement.

La non-mise en application rapide de la loi de 1992 modifiée semble être le prétexte pour justifier un processus engagé depuis 2008. La renégociation des dettes de l’entreprise fin 2012 ne suffisant pas a maintenir le cap, la compagnie préfère réduire sa flotte en attendant la fin de la crise.

chantaco

Publicité