Séries de saisies de drogues à l’export au Brésil et à l’import en Europe….

Deux nouvelles saisies  de cocaïne au Brésil.

L’unité de mesure des exportations de cocaïne en provenance d’Amérique du Sud vers l’Europe semble s’établir à 1,2 tonne. Après l’arraisonnement du Cap San Tanairo au large de la Colombie le 2 août, la sûreté portuaire du port de Santos au Brésil a découvert 18 valises cachées dans un conteneur chargé de riz et de déchets à bord du Grande Nigeria de l’armement italien Grimaldi.

À l’aube du 7 août, les cameras de surveillance du port de Santos ont détecté une vedette rapide à couple du Grande Nigeria en train de hisser des objets à bord du roulier. La police brésilienne et la sûreté n’ayant pas le temps d’intervenir pour arrêter les criminels en flagrant délit, une fouille à bord a permis de découvrir 1,2 tonne répartie entre les 18 valises étanches. Une enquête est en cours pour déterminer les complicités éventuelles parmi les dockers et les membres d’équipage présents à bord.

Le Grande Nigeria a été autorisé à quitter Santos le 9 août à destination d’Anvers.

Grande Nigéria à quai au Havre @jeunemarine.fr

Bis répéta le 12 août à bord du Grande Francia au mouillage de Santos. L’équipage a surpris plusieurs hommes armés embarquant depuis une embarcation le long du bord. L’équipage s’est réfugié dans le château et le Commandant a activé les systèmes de sécurité et prévenu les autorités du port de Santos en sollicitant une intervention rapide. La patrouille navale est arrivée trop tard pour intercepter les intrus. Une fouille de la cargaison a permis de découvrir dans 2 conteneurs 1,322 tonne de cocaïne conditionnée dans des sacs, ces derniers encore humides. À ce stade de l’enquête, la police n’est pas certaine que la cocaïne ait été chargée par les intrus, ou auparavant lors des opérations commerciales à quai. L’incident est plutôt inhabituel, car se répétant à 5 jours d’intervalle sur deux navires de Grimaldi à Santos.

 

Saisie de 20 tonnes de haschisch à bord du Remus en Méditerranée.

La police financière italienne a découvert dans les réservoirs du supply Remus, battant pavillon panaméen, 20 tonnes de haschisch marocain (résine de cannabis compressée) d’une valeur de 65 M d’€.

Agissant sur renseignements, c’est une opération conjointe de la police du Monténégro, du DEA américain et de la police italienne qui, le 31 juillet, a conduit à l’arraisonnement du Remus en eaux internationales, avec l’accord du Panama. Le navire a appareillé de Las Palmas aux Canaries à destination de l’Égypte puis de la Turquie. Mais au large du Maroc, il a plusieurs fois stoppé son transpondeur AIS, éveillant les soupçons d’un stop-over sur les côtes marocaines pour charger la drogue. Cette dernière était probablement destinée au marché européen. Le Maroc est le plus grand producteur du monde de haschisch, qui d’habitude entre en contrebande en Europe via l’Espagne.  La mer Méditerranée demeure une des plus grandes artères du monde pour le trafic illégal.

Le Remus a été détourné vers Palerme où il a accosté le 2 août. Les 11 membres d’équipage, tous Monténégrins, ont été arrêtés pour trafic international de drogue.

 

 

Publicité
Publicité