Un échouement évité de justesse en Nouvelle-Calédonie

Le lundi 12 novembre 2018,  le Shiny Halo, un minéralier de 55 000t en provenance de Chine, était à la dérive pour attendre son pilote au large de la passe de Théoudié au nord-ouest de la Nouvelle Calédonie.  Il n’a pas réussi à remettre en route lorsque le pilote  est parti du wharf pour le rejoindre  au large du récif.

Un problème électrique sur le MP qui n’a pas été identifié par les mécaniciens semble  être à l’origine de l’impossibilité d’effectuer un lancement du MP. Le navire a dérivé à une vitesse de 1,5 noeud, refusant dans un premier temps d’embarquer le pilote. Le pilote maritime, dont le rôle est d’aider les navires à rentrer dans le lagon, a dû insister pour monter à bord et déclencher l’alerte auprès du MRCC ce que le navire n’avait pas fait.

Le pilote avec l’aide de l’agent maritime ont réussi à mobiliser très rapidement les remorqueurs de Théoudié , deux remorqueurs de la SMGM (société minière Georges Montagnat) et un troisième de la SMSP (société minière du Pacifique sud).  Ces trois remorqueurs sont destinés aux mouvements de barges sur rade foraine. Ils  ne sont pas dimensionnés pour l’assistance. Ce sont eux qui ont empêché le navire de partir au récif. A la mise sous remorque du navire, il n’était plus qu’à 0,8 milles du récif.

« Sans le concours de ces trois remorqueurs, il aurait été impossible de stopper la dérive du minéralier, avec toutes les conséquences que cela comporte », a souligné Sébastien Royer, le directeur du Centre de coordination de sauvetage maritime (MRCC) de Nouvelle-Calédonie.

Le Shiny Halo a été mis au  mouillage en rade de  Théoudié, à 20 km au sud de Koumac dans la soirée du 12/11, avant inspection de sécurité et réparations pour ensuite charger du nickel au centre minier de Ouaco. Le minéralier est affrété par la SNNC (Société du nickel de Nouvelle-Calédonie et Corée), une filiale de la SMSP.

 

 

Publicité
Publicité