Une DSP-test en Corse qui entrera dans les annales

  • La DSP sera attribuée ligne par ligne ;
  • Corsica Linea et La Méridionale présentent chacune une offre ;
  • Corsica Ferries écartée à cause d’un disque dur…

La prochaine Délégation de Service Public en Corse couvrira la période allant du 1er octobre 2019 au 31 janvier 2020. Il s’agira d’une sorte de test en vue de l’attribution de la DSP suivante, qui sera quant à elle longue de 10 ans. Parallèlement, le projet de compagnie régionale corse est en stand-by, depuis que la Collectivité Territoriale de Corse, désormais aux mains des régionalistes, a finalement renoncé, en juillet dernier, à acheter les Paglia Orba et Monte d’Oro de Corsica Linea.

 

  • Du cas-par-cas :

À l’inverse des précédentes, cette DSP sera attribuée non pas globalement, mais ligne par ligne. Chaque compagnie a ainsi dû présenter une offre pour la desserte de chacun des ports de Bastia, Ajaccio, L’Île Rousse, Porto-Vecchio et Propriano, au départ de Marseille.

Cette DSP couvrira la desserte des ports de Bastia et Ajaccio 7 fois par semaine, et des ports « secondaires » 3 fois par semaine, comme c’est le cas actuellement, avec quelques rotations supplémentaires sur Bastia et L’Île Rousse. En revanche, les besoins, tant en transport de fret (sur toutes les lignes) qu’en transport de passagers (sur la ligne Marseille-Propriano), ont également été définis pour chacun des 15 mois couverts, avec une capacité supérieure exigée durant les périodes de pointe.

Le petit port de L’Île Rousse, au Nord-Ouest de la Corse. © Shipmania

D’une manière globale, les besoins en fret ont augmenté sur toutes les lignes, sauf Marseille – L’Île Rousse (sur l’ensemble, 3.200 km linéaires contre 2.500 environ). Les besoins en passagers ont quant à eux été drastiquement revus à la baisse : 360.000 durant l’actuelle DSP transitoire (2017-2019) contre 90.000 environ pour la prochaine, avec un besoin sur la ligne Marseille – Propriano qui a, lui, été multiplié par 3 et représente à présent près des 3/4 de l’ensemble, contre 6% environ actuellement !

On note ainsi une volonté de la part de la Collectivité Territoriale de Corse de faire du cas-par-cas pour tenter de répondre au mieux aux besoins de chaque port et de sa micro-région associée.

 

  • Ligne par ligne, compagnie par compagnie :

Pour la première fois de son histoire, La Méridionale fait bande à part pour candidater à cette DSP : la compagnie qui a toujours, jusqu’à présent, fait front commun avec la SNCM puis Corsica Linea, fait désormais cavalier seul. Les deux compagnies actuellement délégataires, qui partagent, avec Tunisia Ferries, leur serveur de réservation, se retrouvent ainsi concurrentes. Une grande première qui pourrait avoir des conséquences importantes si l’une des deux venait à se retrouver écartée, ou reléguée à la desserte des ports secondaires uniquement.

La Méridionale et Corsica Linea, opérateurs historiques de la DSP. © Shipmania

En l’état actuel, les 3 navires mixtes de La Méridionale et 4 des 5 navires mixtes de Corsica Linea sont affectés à la desserte de la Corse, encadrée par la DSP.

 

  • Corsica Ferries déjà écartée pour une raison assez singulière :

La compagnie aux bateaux jaunes italiens s’était également, une fois de plus, portée candidate, mais l’offre a été bien vite rejetée, d’après Corse-Matin, pour un motif bien particulier qui diffère des précédents  : les candidats devaient présenter leurs offres au format papier et informatique sur clés USB, et il semblerait que le disque dur accompagnant l’offre de Corsica Ferries soit vide…

L’offre de Corsica Ferries n’aura pas été étudiée. © Shipmania

La direction de la compagnie dément, envisage une action en justice, et rappelle que dans les années 2000, le groupe Corsica Ferries avait remporté une DSP entre Dieppe et Newhaven.

Publicité
Publicité