Volvo Ocean Race 3ème étape : Victoire chinoise grâce à un Hydro

Le voilier Dongfeng (Vent d’est) a franchi en tête la ligne d’arrivée de la troisième étape de la Volvo Ocean Race à Sanya, sur l’île de Hainan, terme de 4 642 milles de course depuis Abu Dhabi via le détroit de Malacca.  L’outsider Dongfeng devient leader de la Volvo Ocean Race, après s’être classé deux fois second dans les étapes précédentes.

Cette victoire à domicile est une première pour un équipage chinois sur la Volvo Ocean Race (Green Dragon en 2008-09 et Team Sanya en 2011-12 battaient eux aussi pavillon chinois), mais avec l’aide d’équipiers français, dont le skipper Charles Caudrelier, promotion C1NM de l’Hydro de Nantes en 1993, signe ici une formidable performance. (Voir portrait dans N °221 de Jeune Marine).

« C’est fantastique. C’était dur, très long, très difficile de rester en tête. À chaque fois qu’on arrivait à creuser notre avance, le groupe de derrière revenait sur nous. C’est l’étape la plus stressante que j’ai pu disputer. Ce projet chinois est fantastique. C’est un résultat majeur pour la Chine, pour la voile chinoise. Nous sommes très fiers de cela » a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Pour moi, c’est un rêve, mais il reste encore six étapes. La course est longue. … Pour le projet, c’est magique. Gagner n’est pas l’objectif principal du projet. C’est de former des Chinois. Mais on arrive à faire les deux, donc c’est vraiment génial. La partie la plus dure a été Malacca, car le vent a été vraiment aléatoire. On n’avait aucun contrôle par rapport à ce qui se passait derrière. Les vents étaient imprévisibles. Nous avons bien navigué, je pense. On a eu un peu de réussite pour sauver notre place. C’est passé à très peu de choses pour que l’on perde cette première place. Je pense que Malacca a vraiment été crucial ».

Charles Caudrelier marche sur les traces du « Professeur » alias Michel Desjoyeaux, surnommé ainsi pour ses capacités à transmettre sa maîtrise de la voile et a donner des leçons à ses adversaires. En chinois, cela devient  » Laoshi » ou « le vieux maître« . Voilà un surnom qui risque de refaire parler de lui.

Toutes nos félicitations à Charles Caudrelier et à ses équipiers pour cette très belle victoire.

Comment on dit « Bon Vent » en chinois ?

Publicité