Editorial Jeune Marine N°216

Cher lecteur, cher abonné,

A l’heure où nous bouclons, nous apprenons qu’une délégation d’élèves a pu participer aux Assises de la Mer à Biarritz et être reçue par Monsieur Marendet, le nouveau Directeur de l’ENSM. De ces assises serait ressortie l’idée de faire défiler nos potaches sur les Champs Elysées le 14 Juillet, dans la mesure où ils pourraient se prévaloir d’avoir accompli une PMS (voir dans nos pages le communiqué de Madame Mironneau, responsable du Pôle Communication de l’ENSM).

Ma première réaction, en entendant les mots « défilé », « Paris », a été d’imaginer une grosse manif entre Bastille et République, organisée par des étudiants n’en pouvant plus d’attendre d’improbables embarquements pour clore (ou entamer) une formation maritime de haut niveau. J’imaginais un cortège de pilots affublés de leur manille, encadrés par leurs anciens, arborant des banderoles « Des crédits pour les écoles d’Hydrographie », « Elèves-officiers mécontents cherchent embarquements » ou « Navire français = officiers français ». Que nenni, le défilé se fera en bon ordre, sur les Champs en emboitant le pas aux légionnaires ou autres corps d’armées.

Les temps changent, la contestation se concentre du côté des irréductibles de Notre-Dame-des-Landes. Ce qui ne change pas c’est l’éternel discours politiquement correct de nos élus, toutes couleurs confondues. Les choses sont claires : les caisses de l’Etat sont vides et il faudrait un coup de baguette magique pour maintenir les 4 sites du Havre, Marseille, Nantes et St-Malo. Mais la décision se heurte aux potentats locaux qui défendent leur école bec et ongles, même s’il n’y a plus un kopek pour les faire fonctionner. Monsieur le Maire du Havre, soutenu par le Conseil régional de Haute-Normandie, a même dégagé des fonds pour remplacer l’école de Sainte-Adresse. Quid des frais de fonctionnement ?

En tant que contribuable, cela me hérisse le poil et j’applaudirais des deux mains si le défilé du 14 juillet était l’antichambre d’un futur tronc commun Navale-Marmar dans les locaux de la célébrissime institution brestoise. J’ai bien dit en tant que contribuable, en tant qu’ancien Hydro, c’est une autre histoire…

A propos de frais de fonctionnement, le C.A. de l’ENSM qui s’est tenu le 3/12 a fortement réduit la voilure pour l’année 2013, c’est le premier message fort des nouveaux patrons du vaisseau ENSM : son Directeur M. François Marendet et son nouveau Président, Hervé Moulinier, élu à l’unanimité de ce C.A. Au cours de cette réunion, les effectifs 1ère année de la prochaine rentrée ont été l’objet de vives discussions entre les décideurs de l’ENSM (qui souhaitent en limiter le nombre à 110) et les représentants des armateurs qui se refusent à fermer le robinet du recrutement. Un débat pour le moins récurrent depuis plusieurs décennies !

Publicité