Editorial Jeune Marine N°217

Cher lecteur, cher abonné,

L’association JEUNE MARINE vient de convoquer son Assemblée Générale afin de dresser un bilan de l’année 2012.

Elle a dû, à regret, acter le retrait progressif de l’équipe rédactionnelle de Jean-Pierre Robichon qui assurait à lui tout seul l’écriture des brèves de l’Actualité maritime.

Comme nous vous l’avions signalé dans notre édito du JM n°213, Jean-Pierre avait créé cette rubrique à partir du n° 123 de mars/avril 1996 ! Il doit maintenant faire face à des problèmes de santé qui ne lui permettent malheureusement plus de s’investir dans cette publication, dans « sa » publication oserais-je dire, comme il l’a toujours fait. Qu’il soit remercié de son implication dans JEUNE MARINE dont il conserve la Présidence et puisse-t-il trouver l’énergie pour boucler son prochain ouvrage, un « Dictionnaire biograhique des Marins marchands français » qui dépassera les 550 pages (A4).

Fort heureusement, nous avons eu le plaisir, au cours de l’année 2012, d’accueillir de nouvelles recrues dans notre comité de rédaction, des recrues jeunes et volontaires, toutes animées d’une même volonté de faire connaître le monde de la mer et des marins. Vous avez déjà pu apprécier la teneur des chroniques d’Isabelle Daumas, d’Anne-Cécile Bannier-Mathieu et de Marie-Anne Du Boullay. Nous souhaitons aujourd’hui la bienvenue à Claire Vandenhaute, qui navigue chez Dreyfus : elle
fait désormais partie de l’équipe chargée de prendre le relais de Jean-Pierre Robichon pour l’actualité maritime. Vous pourrez découvrir son style dans ce numéro avec sa « Chronique givrée des zones polaires ». À ses côtés, Michel Le Luyer traitera des news relatives au monde des PC et des conteneurs, monde dans lequel il a baigné durant de longues années au sein de Delmas puis CMA-CGM.

Parlons maintenant chiffres : force est de constater que le nombre d’adhérents est en hausse (grâce à notre nouveau site internet et la possibilité d’adhérer et de payer en ligne), les nouvelles technologies ont l’avantage de séduire les jeunes générations. Nous sommes sollicités pour une lecture en ligne de notre revue, ce projet n’est pas encore ficelé et aboutira lorsque nous serons, comme l’ensemble de la presse, mis au pied du mur. Pour le moment, c’est la version papier qui prime, avec ses avantages et ses inconvénients (essentiellement pécuniaires, vous vous en doutez).

Sachez que l’AG de l’association a décidé de maintenir le prix de vente de la revue à 5€ : c’est quasiment, à quelques centimes près, son coût de production, rendu possible grâce au bénévolat de l’équipe rédactionnelle d’une part et du soutien financier de nos annonceurs d’autre part. Qu’ils soient remerciés encore une fois de ce soutien salutaire.

En cette période de déprime du transport maritime et de mise en route du grand chantier ENSM, faisons tout notre possible pour maintenir le cap !

J. MÉVEL

Publicité