Editorial Jeune Marine N°219

Cher lecteur, cher abonné,

Dans l’espace Hydro-Sup’Marine de ce numéro, vous pourrez lire le compte-rendu du Conseil d’Administration de l’ENSM du 13 mai dernier au cours duquel Monsieur Marendet a présenté les grandes orientations de la nouvelle ENSM et notamment l’organisation de l’enseignement maritime sur les 4 sites que chacun connaît. L’on peut souligner que la qualité de son exposé a été saluée par l’unanimité des membres présents, ce qui montre la dynamique de la nouvelle équipe ! Si le projet est pertinent, la réalité est plombée par les problèmes de financement. La Directrice des Affaires Maritimes a rappelé que le Gouvernement s’est engagé à maîtriser la dépense publique et que, par conséquent, l’ENSM n’échapperait pas aux consignes d’économie : 5 % du budget ! Pas facile à accepter lorsque l’on sait que le budget « Recherche » n’a pas été financé dans le budget primitif adopté en décembre dernier. D’autant plus délicat que cette même Recherche fait partie des critères d’accréditation de la CTI (Commission des Titres d’Ingénieurs) auprès de laquelle il faut déposer un nouveau dossier pour la fin de l’année… Bref, un vrai casse-tête pour la Direction de l’ENSM ! Prochaine réunion du C.A. fixée au 1er juillet !

Monsieur Hollande, était à Marseille le 4 juin dernier pour, ce sont ses propres mots, « inaugurer » le porte-conteneurs géant CMA CGM Jules Verne : il a bien insisté sur ce mot car celui de « baptême » n’est plus politiquement correct. Le maintien d’une cérémonie à connotation religieuse eût été pour le Président un motif de refus de répondre à l’invitation de M. Saadé. Entêtement que les marins du navire et les marins tout court n’ont pas vraiment apprécié. Messieurs les Conseillers de l’Elysée, avez-vous oublié que l’on BAPTISE un navire, on ne l’inaugure pas comme une foire aux bestiaux de la Corrèze ?! Vous en saurez plus en allant sur les brèves de notre site internet http://jeunemarine.fr/breves.

Bref, des mots, toujours des mots ! Je vous invite à lire la chronique économique de Pierre Charrin dans laquelle il insiste bien sur la portée des mots, surtout lorsqu’ils sont prononcés par des décideurs, fussent-ils financiers ou politiques. Notre Président n’avait-il pas « promis-juré » de ne pas augmenter les impôts l’année prochaine ?! Mais ne lui enlevons pas le mérite de maintenir notre pays à la première place des pays de l’OCDE en matière de prélèvements sociaux et fiscaux. À Marseille, l’on aurait bien aimé l’entendre s’exprimer sur les marins français, sur le devenir de l’enseignement maritime dispensé dans la nouvelle ENSM. Les difficultés budgétaires de cette dernière auraient pu, par exemple, bénéficier du fruit de la vente d’une partie de la cave de l’Elysée : pas moins de 1 200 bouteilles de grands crus dispersées à Drouot les 30 et 31 mai derniers, les lots les plus prestigieux raflés par des Chinois, le tout ramenant la coquette somme de 718  800 euros (frais compris).

Soyons francs : il y a du souci à se faire dans le domaine de l’enseignement maritime et, en corollaire, dans le domaine des emplois à bord des navires. Je vous renvoie à l’article sur le Tianjin Maritime College, institution chinoise qui nous prépare pour les prochaines décennies des fournées d’officiers « à pas cher ». Comment serons-nous en mesure de rivaliser avec notre formation en manque de budget et de moyens ?

Je terminerai en vous rassurant : nous n’avons rien à envier aux Belges ! Dans l’article consacré à l’Hydro d’Anvers, vous y lirez que les étudiants, confrontés de la même manière que nous aux problèmes d’embarquement, en sont réduits à faire valider comme temps de navigation la moindre heure passée dans un local simulateur ou une salle de cartes… Monsieur Hollande, please, faites que l’on n’en arrive pas à de telles aberrations ! Quid du devenir des officiers de la marine marchande recherchés pour leur expérience et leur savoir-faire ? Ils entament leur cursus d’une manière bien chagrine.

Jacques Mével

Publicité