Editorial Jeune Marine N°220

Cher lecteur, cher abonné,

A l’heure où nous bouclons ce numéro, nous avons la tristesse d’appendre le décès de notre Président Jean-Pierre Robichon, à la tête de Jeune Marine depuis septembre 1984. Il aurait eu 75 ans en décembre prochain.

Comme nous vous l’avions indiqué dans notre édito du JM 217, Jean-Pierre nous avait demandé d’alléger son travail de chroniqueur mis à mal par une maladie contre laquelle il luttait avec acharnement. Depuis le numéro 123 de mars/avril 1996, il rédigeait lui-même l’ensemble des actualités maritimes, un travail quotidien d’environ 4 heures qui consistait à trouver l’information dans la presse anglo-saxonne puis à la mettre en page sous forme de brèves. À cela s’ajoutait la gestion de la revue, autant dire qu’il consacrait sa vie à Jeune Marine. Il avait mis toute son énergie pour former une équipe de collaborateurs qui seraient capables de poursuivre son action éditoriale.

Jusqu’à ce numéro 220, il aura tenu à fournir sa contribution aux actualités maritimes : c’était une espèce de défi à la maladie qui le rongeait. Il ne voulait en aucune manière baisser pavillon.

De nombreux messages d’amitié et de soutien nous parviennent : « un homme brillant et travailleur qui ne laissait pas indifférent »,
« un homme qui aura marqué sa génération, laissé son empreinte sur le monde de la Marine marchande, dans la discrétion et le sérieux », « un homme qui aura su faire de Jeune Marine une publication de référence »…

Il était sur le point de faire publier le fruit de plusieurs années de recherches, son Dictionnaire biographique des marins marchands français. La Rédaction de Jeune Marine s’engage à ce que le manuscrit se transforme le plus vite possible en ouvrage disponible dans les librairies.

Toute l’équipe rédactionnelle de Jeune Marine s’associe à la peine de la famille de Jean-Pierre et  adresse son plus amical soutien à son épouse et à son jeune fils.

Jacques Mével

Publicité