Editorial Jeune Marine N°223

Naufrage du COSTA CONCORDIA ou disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines, les accidents relatifs aux transports de passagers font la une des media. Le haut degré de sécurité reconnu dans les transports aériens et, à un moindre niveau, dans les transports maritimes, braque les projecteurs sur les compagnies impliquées dans les sinistres où l’on déplore des victimes.

L’image idyllique de la croisière en mer a été ternie par les accusations portées à l’encontre du Commandant Francesco Schettino et l’image de l’épave du paquebot couché sur les rochers du Giglio. Avec « seulement » 32 morts et 2 disparus, cet accident a suscité bon nombre d’interrogations dans le monde maritime en ce qui concerne la course au gigantisme. Comment fera-t-on face à un sinistre de grande ampleur sur un ALLURE OF THE SEAS ayant 8800 personnes à son bord ??? Les assureurs n’osent y penser.

Contrairement aux compagnies qui jouent la carte du tourisme de masse (Carnival, Costa, MSC…), d’autres comme Seabourn ou la Compagnie du Ponant déclinent des paquebots de petite taille pouvant accueillir moins de 300 passagers, privilégiant la carte de la croisière intime et raffinée, avec des catalogues de destinations pour le moins inédites.

Géants ou pas, les paquebots de 2014 ont bien rajeuni et constituent la vitrine de chantiers hautement spécialisés qui ne badinent pas avec la sécurité. Ils sont bien loin du paquebot PEARL, un « fleuron » de la Paquet qui donna bien du fil à retordre aux collègues navigants de l’époque. Vous lirez dans ce numéro l’odyssée de ce navire en Extrême-Orient, dans les années 90, racontée par les officiers qui ne ménageaient ni leur temps, ni leur peine pour que « la croisière s’amuse » : à vous dissuader de partir en mer !

JEUNE MARINE ouvre ses pages à Claude et Jacqueline Briot, un couple havrais de chercheurs en histoire des transports maritimes qu’il me serait impossible de vous présenter en seulement quelques lignes : je vous invite à consulter leur site internet www.claude-jacqueline-briot.com. Vous y découvrirez leurs propres publications et leurs nombreuses participations à des ouvrages collectifs. Dans ce numéro, ils vous emmènent à bord des cap-horniers du nitrate de la maison Bordes pendant la Grande Guerre, centenaire oblige. La Rédaction a jugé bon de rappeler à ses lecteurs, les plus jeunes tout du moins, qu’il y a seulement cent ans, poser son sac à bord constituait le départ d’une véritable expédition maritime. Bonne lecture.

  Jacques.MEVEL

Publicité