Editorial Jeune Marine N° 224

Navigation dans les glaces et réchauffement climatique font la une de l’actualité, les enjeux économiques sont de taille ! JEUNE MARINE vous invite à lire dans ce numéro un article rédigé par Jacques Nougier, volcanologue, professeur d’université, ancien conseiller scientifique des ambassades de France à Tel-Aviv et Ottawa, directeur de missions géologiques dans les TAAF, auteur de plus de 70 publications scientifiques, romancier (son dernier ouvrage : L’Albatros et le Tamaris, paru en 2013 aux Editions Airelle, a obtenu le Prix Cdt Jean Loreau 2014 du Mérite maritime). Jacques Nougier nous relate la disparition dans l’Arctique de l’expédition maritime entreprise en 1845 par John Franklin puis la chronologie des moyens mis en œuvre pour retrouver les naufragés et leurs vaisseaux, tant par l’épouse de Franklin entre 1848 et 1859 que par diverses missions scientifiques canadiennes au cours de la dernière décennie.

Vous découvrirez également le premier article (d’une série à venir) de Sophie Galvagnon, jeune officier polyvalent qui navigue sur les navires de la Méridionale. Sa double nationalité franco-suédoise explique son attirance pour les eaux du Grand Nord, elle lui aura permis d’embarquer sur un brise-glace suédois en février 2013 pour mieux comprendre la problématique de la navigation hivernale en mer Baltique et l’incontournable recours aux navires brise-glaces (sujet de son mémoire de 5ème année en 2012).

La SNCM n’en finit pas de défrayer la une des journaux économiques, les enjeux politiques plombent un avenir que l’on avait cru un moment plus serein. De Bruxelles à la Région PACA via le boulevard St-Germain à Paris, les marins sont ballotés et les navires malmenés. Au-delà des clichés négatifs qui collent à la peau de la compagnie, JEUNE MARINE tient à rendre hommage au travail de recherche effectué par la Direction technique de la SNCM et à la remarquable étude qu’elle a menée pour faire aboutir (croisons les doigts !) le projet de construction des 4 Ropax : à lire dans nos pages.

Cette étude démontre que les Hydros ne manquent pas d’idées, c’est pourquoi, avec ses modestes moyens, JEUNE MARINE a souhaité soutenir les jeunes élèves de l’ENSM qui ont relevé le défi de produire une maquette répondant au cahier des charges du concours Hydrocontest : tous les détails sur www.hydrotech.supmaritime.fr et rendez-vous à Lausanne du 23 au 27 juillet pour soutenir nos professeurs Tournesol !

Hydros en recherche d’embarquement, précipitez-vous page 13 ou sur notre site internet pour y lire le projet Ocean Fresh Water de Régis Révilliod, un ancien qui, à partir du constat flagrant du manque d’eau minérale, a eu l’idée de génie de constituer une flottille de navires-usines d’embouteillage d’eau de mer désalinisée à bord et livrée directement aux pays demandeurs. Le dossier devrait, souhaitons-le, obtenir le soutien de l’État français ; à défaut ce sont des investisseurs étrangers qui pourraient aider cet entrepreneur/armateur à concrétiser son projet. Cliquez www.ocean-fresh-water.com.

Nous vous souhaitons une bonne lecture.

                                                                                                            Jacques MEVEL

Publicité