Editorial Jeune Marine N° 227

Ce numéro 227 de JEUNE MARINE arrivera dans vos boîtes aux lettres un mois après les attentats qui ont frappé Paris du 7 au 9 janvier. L’équipe rédactionnelle de JM ne souhaite pas revenir sur ces tragédies et sur les multiples réactions citoyennes et politiques, mais elle a une pensée toute particulière pour Philippe Lançon, rescapé de la fusillade et du massacre perpétué dans les murs de Charlie Hebdo. Philippe Lançon, journaliste à Libération et chroniqueur à Charlie Hebdo, est le fils de Fernand Lançon, ancien Président de l’ACOMM et pilier indéfectible de la revue MMI : qu’ils soient assurés de notre amical soutien !
Nous avons souhaité, par contre, lors de notre dernière Assemblée Générale du 14 janvier, publier la lettre d’un prêtre de la Mission de la mer du Havre, Guy Pasquier, qui explique d’une manière limpide comment la transposition « à terre » du mode de vie d’un équipage de navire de commerce pourrait apaiser les tensions qui compliquent la construction et l’avenir de la société française, multiraciale et multiculturelle. Cette lettre, publiée ci-contre en page 2, se passe de tout commentaire. Petit clin d’œil, en passant, à Cabu, qui, dans le Charlie Hebdo n°311 du 28 octobre 1976, avait illustré avec son humour caustique son séjour de quelques jours au Havre en compagnie de deux copains Hydros…
Marie-Anne du Boullay, « notre » historienne de l’art, a tenu à rédiger un article sur l’histoire de la caricature en France, rappelant ainsi que la liberté d’expression constitue un des fondamentaux de notre société : malheureusement, liberté de la presse et liberté d’information ont leurs détracteurs, les récents événements et les chiffres publiés par Reporters sans frontières font froid dans le dos.
L’on peut associer à ce triste constat les statistiques concernant les migrants qui fuient pauvreté et/ou pays en guerre, il n’est pas un jour sans que nos médias dénoncent un naufrage de navire ou d’embarcation chargé à barroter de pauvres hères, victimes de la cupidité de filières de passeurs sans états d’âme : Jean-Vincent Dujoncquoy fait le point.
Un autre point, fort intéressant : celui fait par Jacques Nougier, un de nos spécialistes « Glaces » et Yvon Balut, ancien chercheur au CNRS et membre de l’Institut polaire français Paul Émile-Victor, sur l’état préoccupant des navires affectés au service et à la surveillance des TAAF. Si aucune ligne budgétaire significative n’est rapidement dégagée par l’État français, l’avenir de la desserte des Terres australes risque fort d’en pâtir !
Nous avions publié, dans le JM223, sous la plume de Vincent Le Page, l’odyssée du paquebot OCEAN PEARL. Cet officier radio vous invite, dans ce numéro, à vivre les dernières heures du paquebot OCÉAN PRINCESS : une escale à Belem prend fin et le navire appareille pour Manaus, qu’il n’atteindra jamais… Un véritable scénario à mettre en bande dessinée !
Pour conclure, un retour aux chiffres et bilans exposés par notre Trésorier lors de notre dernière Assemblée Générale, qui nous ont amenés à décider d’une augmentation de 40 centimes du prix de vente de la revue. Inchangé depuis 2010, il passera donc à 5,40€ le numéro à compter du 15 janvier 2015. Une bonne nouvelle néanmoins : pour les abonnés, la revue est disponible, dès ce numéro 227, sous forme numérique !

Nous vous souhaitons une bonne lecture !
Jacques MEVEL

Publicité