Editorial Jeune Marine N° 228

Il y a parfois des images qui parlent plus qu’un discours. Lors du salon Euromaritime, début février à Paris, l’un des plus importants stands, tenu par le registre d’immatriculation du Luxembourg et animé par une équipe conquérante n’a pas désempli. Pendant ce temps, le stand de la direction des Affaires Maritimes et du RIF était vide, sans permanence de personnel. Comment peut-on croire ensuite à la promotion du pavillon français, quand un armateur, plein de bonnes intentions, se retrouve face à une porte close ?

Les nombreuses visites au salon de personnalités politiques, liées à l’approche d’échéances électorales, ne peuvent cacher l’absence générale de toute vision politique de la planète mer. Rares sont les hommes politiques qui s’investissent pour valoriser ce formidable potentiel d’activités économiques et donc d’emplois, comme Arnaud Leroy, député des Français de l’étranger, auteur du rapport sur la compétitivité des transports maritimes français. Cette volonté de voir la France se doter d’une grande loi maritime défendue par Arnaud Leroy est soutenue par Raymond Vidil, président d’Armateurs de France depuis 2012, qui nous a accordé, à la veille de l’Assemblée générale qui désignera son successeur, un entretien sur la situation actuelle du transport maritime français.

Comme nous l’avions initié dans le numéro 225 avec le dossier gaz, nous vous proposons d’aborder le monde de l’offshore, qui subit brutalement la chute des cours du pétrole, remettant en cause de nombreux projets de recherche et d’exploitation en mer. En passant sous la barre des 43 US$ le baril, mi-mars 2015, les cours sont revenus au niveau de mars 2009, après avoir plongé de 62 % depuis juin 2014. Toutes les entreprises du secteur sont touchées, particulièrement celles de tailles intermédiaires et les sismiques.

La France a la chance de compter parmi ses entreprises performantes, l’un des leaders mondiaux des services maritimes à l’offshore, le groupe BOURBON. Pierre-Antoine Cauley a interviewé Christian Lefèvre, directeur général de BOURBON, qui nous présente son analyse du marché et la stratégie du groupe pour s’y adapter. La rubrique Portrait nous fait découvrir ce secteur de l’intérieur au travers d’une remarquable carrière d’un hydro, Marin Abélanet.

De nouveaux talents rejoignent Jeune Marine. Dans ce numéro, nous vous recommandons la lecture d’une nouvelle originale « La dérive des conteneurs » écrite par Françoise Gehannin, épouse d’un capitaine de navire. La Rédaction rappelle que notre revue est ouverte à toutes les bonnes volontés qui souhaiteraient partager leur passion maritime dans nos colonnes. N’hésitez pas à rallier Jeune Marine, il n’y a pas de limite au « rôle d’équipage ». C’est la richesse des contributeurs qui assure le rayonnement de notre revue.

Depuis le numéro 227, Jeune Marine est disponible en version numérique. Si vous souhaitez lire la revue sur vos tablettes, Smartphones, ordinateurs portables, dans les transports, au bureau, à bord d’un navire, à Hong Kong ou Sydney, n’hésitez pas à contacter notre trésorier par mail : tresorier@jeunemarine.fr.

Cependant, sans le soutien de nos fidèles partenaires, Louis Dreyfus Armement et Total Lubmarine, nous ne pourrions ni maintenir, ni améliorer, ni même adapter « votre » revue. Par ces lignes, je leur renouvelle nos plus sincères remerciements pour leurs soutiens qui permettent de maintenir Jeune Marine en « bon état de navigabilité ».
Jean-Vincent Dujoncquoy

Publicité