Editorial Jeune Marine N°230

La rentrée ne manque pas de sujets dignes d’intérêt !

Tout d’abord bienvenue aux nouveaux pilots qui intègrent les bancs de l’ENSM sur le site de Marseille. Bienvenue à la nouvelle école du Havre inaugurée le 6 octobre par le Président de la République, alerté ou non du malaise qui règne au sein de l’institution maritime : je vous renvoie à la lecture de l’analyse de Jean-Vincent Dujoncquoy, Président de Jeune Marine, mise en ligne sur notre site à la fin juillet, « ENSM, fin d’année scolaire chaotique, rentrée 2015 incertaine ! ».

Bienvenue à la nouvelle association ACOMM/AENSM/HSM qui va regrouper en une seule entité (gageons qu’un nom plus attrayant lui sera donné !) tous les élèves et anciens élèves des Écoles de la marine marchande : l’heure est au regroupement, les marins doivent s’unir face à un gouvernement qui perpétue le chantier de démantèlement de la marine marchande française, malheureusement engagé depuis plusieurs décennies. Armateurs et syndicats d’officiers et de marins viennent une nouvelle fois d’interpeller le secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche pour lui faire savoir leur déception sur le contenu du projet de décret sur la protection du pavillon pétrolier. Plusieurs années de travail pour accoucher d’une souris, triste image d’un désengagement de l’État pour lequel la mise en place d’une véritable politique maritime relève de la planète utopie. Cette planète n’existe pourtant pas sur les têtes de veau de nos voisins flamands et encore moins sur celles de nos cousins canadiens : le gouvernement du Québec a récemment exposé les détails de sa stratégie maritime visant à fournir au corridor du Saint-Laurent les outils nécessaires pour relever les défis commerciaux engendrés par la mise en application prochaine de l’accord de libre échange entre le Canada et l’Union européenne. Le gouvernement québécois envisage d’investir 1,5 milliard de dollars d’ici 5 ans et 5 milliards au total d’ici 2030 dans les infrastructures et d’autres initiatives. 75 millions de dollars viennent d’être alloués à l’amélioration des dessertes routières du seul port de Montréal ! Le Québec compte également sur le secteur privé pour investir environ 5 milliards de dollars dans divers projets maritimes, avec à la clé la création de 30 000 nouveaux emplois d’ici 15 ans.

Vous avez bien lu, chers lecteurs, 30 000 nouveaux emplois d’ici 15 ans dans le secteur maritime et para maritime canadien ! Nos têtes pensantes pourraient s’inspirer du modèle québécois, cela pourrait éviter à nos jeunes Hydros la galère de la recherche d’embarquements pour valider leur cycle d’études.

Nous vous souhaitons une bonne lecture de ce numéro de rentrée : les amateurs de cinéma et de musique, les aficionados des antiquités de marine vont faire grise mine car ces rubriques « culturelles » disparaissent de nos pages, après plusieurs décennies de parution. En effet, soucieux de respecter son cahier des charges, le comité de la Rédaction a préféré privilégier l’actualité maritime.

Jacques Mével

Publicité