Éditorial Jeune Marine N°243

JEUNE MARINE vous propose en ce début de printemps un numéro spécial « Navigation polaire ». Le Recueil sur la navigation polaire est entré en vigueur le 1er janvier 2017, l’OMI a voulu y cadrer l’ensemble des questions de conception, de construction, d’équipement, d’exploitation, de formation, de recherche et de sauvetage, et de protection de l’environnement, relatives à l’exploitation des navires dans les eaux inhospitalières qui entourent les deux pôles. 

Le réchauffement climatique provoque la fonte des gigantesques glaciers du pôle Sud et celle de la banquise du pôle Nord, des espaces de l’Arctique jusqu’alors glacés deviennent soudainement franchissables à des navires de commerce ou d’exploration en tous genres. Si l’Antarctique bénéficie, grâce à un moratoire sur toute activité jusqu’en 2048, d’une relative tranquillité en ayant été déclaré « Terre de paix et de science », le pôle Nord et son sous-sol aiguisent l’appétit des grandes compagnies minières et pétrolières. Dans ce numéro, Jacques Nougier vous explique les enjeux de la RMN, la nouvelle Route Maritime du Nord qui, par le Passage du Nord-Est relie Atlantique et Pacifique.

Si les pôles sont restés jusqu’au siècle dernier des terres d’aventures, souvent fatales à de grands explorateurs, ils deviennent des destinations touristiques prisées par une clientèle aisée qui se dépêche d’aller contempler les grands espaces glacés avant leur totale disparition. La compagnie Ponant s’est spécialisée dans ce créneau polaire, elle nous livre dans ces pages les coulisses des passerelles de leurs paquebots d’expédition et surtout les réactions de leurs officiers confrontés à une navigation en milieu « hostile ». Face au succès remporté par ses programmes de croisières polaires, Ponant vient de doubler sa flotte et poursuit son développement, ouvrant grand les portes du recrutement, une aubaine séduisante pour les officiers et élèves-officiers de la marmar.

Face au « géant » Ponant, coup de chapeau à la toute jeune compagnie française Latitude Blanche, qui vient de terminer les transformations de l’ancien navire météorologique norvégien POLARFRONT en navire d’expédition polaire. Projet imaginé par 2 jeunes hydros, Sophie Galvagnon (une des rédactrices dans nos pages des « chroniques glacées ») et Yann Le Bellec qui, forts de leur expérience dans les eaux polaires (Sophie, franco-suédoise, ne compte plus les embarquements sur les brise-glace suédois), ont souhaité développer un nouveau concept de l’expédition nordique, dans les pas de Kenth Grankvist, explorateur suédois reconnu, selon Sophie, « comme le meilleur expert en navigation dans les glaces » (ce dernier vient de décéder le 20 mars). Saluons le parcours sans faute de ces 2 jeunes entrepreneurs, maintenant armateurs, initié en juillet 2015 et concrétisé en juin 2017 par l’achat du navire, qu’il leur a fallu ensuite transformer en paquebot de luxe, aménagé pour 12 passagers seulement. Mission réussie, après 9 mois de travaux à Boulogne, le navire y était inauguré le 31 mars, puis appareillait le 7 avril pour sa croisière inaugurale. Bon vent à Latitude Blanche !

Impossible de clore ce dossier polaire sans parler du film canadien « Inuk en colère », récompensé dernièrement au festival lorientais « Pêcheurs du monde ». Il décrit le combat des Inuits, habitants de l’Arctique, contre l’embargo européen sur les produits dérivés du phoque et la diffusion des vidéos montrant des images de la chasse aux bébés-phoques, dévastatrices pour les communautés inuits. Décriés depuis les années 80 car ils mangent de la viande de phoque et vivent de la vente de leurs peaux, les Inuits veulent au contraire montrer qu’ils sont garants de la protection de l’écosystème arctique mais, accusés de tous les maux, ils réalisent que leur bannissement pourrait bien être une manière détournée de mettre sur la touche des gêneurs, face aux grands projets de prospection du sous-sol arctique ? A voir sans modération !

Bonne lecture,

                                                                                                Jacques Mével

Publicité
Publicité