Éditorial Jeune Marine N°244

En espérant vous avoir fait rêver avec la « Navigation Polaire » dans son dernier numéro, Jeune Marine vous propose aujourd’hui un dossier spécial sur les carburants marins et la transition énergétique dans le maritime : où en est-on à 18 mois de l’entrée en vigueur des normes Fuel 2020 qui vont révolutionner le monde maritime ? Après la voile, la vapeur et le thermique, le gaz aujourd’hui, quid de la propulsion des navires de demain ?

Apparemment, personne n’est prêt : les majors pétroliers ne pourront fournir la totalité des produits, peu d’armateurs anticipent faute d’alternative claire et pérenne disponible à ce jour, les chantiers proposent des « palliatifs » pour adapter les navires existant, aussi le « concours Lépine » de l’innovation maritime est-il relancé avec la hausse du prix du baril de pétrole qui flirte en ce moment avec les 80 USD.

Et ce n’est pas terminé ! L’OMI vient de fixer l’objectif de diminuer de 50% les émissions de gaz carbonique d’ici 2050 après le basculement de l’un des cinq pavillons dominants, les Îles Marshall, du côté des États luttant contre le réchauffement climatique. Le transport maritime va devoir faire des changements technologiques majeurs. En phase de transition, seul le gaz naturel liquéfié (GNL) permet de réduire les émissions en attendant l’arrivée de solutions fiables pour l’hydrogène, l’ammoniaque, les biocarburants ou d’autres à venir.

Dans ce dossier, vous découvrirez les nombreux défis à relever d’un point de vue économique, technique, fournisseurs, chantiers, armateurs et les solutions innovantes ou de recyclage répondant aux objectifs des accords de la COP 21.

Le principal point d’achoppement demeure la mise en place d’une chaîne logistique globale, fiable, avec un coût compétitif d’approvisionnement en GNL. Mais quid des personnels formés à la propulsion gaz ? Le manque d’officiers gaz est déjà actuellement un problème pour les armements spécialisés, particulièrement sous pavillon français. Quand sera-t-il demain, où l’ensemble des compagnies seront à la recherche des « perles rares » pour la conduite de leurs navires ? En choisissant de se diversifier dans les filières d’énergie éolienne en mer en 2013, l’ENSM a-elle véritablement choisi le bon cap ? Au lieu de courir après les chimères de la CTI et des intérêts industriels de la filière éolienne «  virtuelle », l’ENSM aurait pu mettre en place les formations gaz requises, au bénéfice de l’ensemble de ses élèves. Aujourd’hui, seuls les jeunes officiers de la marine marchande ayant toutes les qualifications nécessaires pour le gaz ont un avenir assuré.

En complément de ce dossier spécial dédié aux enjeux liés aux carburants du futur, Jeune Marine a mené deux enquêtes sur les rives de la Méditerranée. L’État ayant choisi de concentrer ses moyens financiers sur les grands ports maritimes français, certaines Régions ont décidé de soutenir leurs ports. Jeune Marine est allée à la rencontre des responsables du port de Sète, Jean-Claude Gayssot et Olivier Carmes pour découvrir les stratégies mises en place par ce port « d’intérêt national » bien décidé à maintenir et développer ses activités.

Cap sur Marseille où se termine la saison hivernale de carénage des paquebots : Jeune Marine avait rendez-vous avec Jacques Hardelay, directeur du chantier naval phocéen, dont le redressement spectaculaire montre bien qu’il est toujours possible de relancer une activité de réparation navale, même au pays des grèves et des 35 heures.

Grâce au dynamisme de l’équipe rédactionnelle de Jeune Marine, de nouvelles signatures ont rejoint le navire, nous leur souhaitons la bienvenue. De même, constatant les synergies possibles en matière de rayonnement, nous avons décidé de partager avec le GICAN (Groupement des Industries de Construction et Activités Navales) nos supports de communication sous la forme d’un partenariat. Cet accord permet à nos lecteurs de découvrir des sujets en provenance de l’industrie navale, comme la présentation du CORICAN dans les colonnes de ce numéro.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !

Jean-Vincent Dujoncquoy, Président de Jeune Marine

Réduction des émissions de CO2 en 2020 : à chacun sa méthode !!!! par Maclay

 

Publicité
Publicité