EDITORIAL JM245

 Succès confirmé au salon annuel maritime SMM à Hambourg en cette première semaine de septembre : satisfaction des organisateurs qui ont accueilli 50.000 visiteurs et plus de 2000 exposants. Nos « envoyés spéciaux » ont pu constater combien le monde du shipping fait preuve d’innovation et l’engagement de ses acteurs pour mettre en application les accords sur la réduction des émissions anthropiques de gaz à effet de serre.

JEUNE MARINE a souhaité dans ce numéro faire le point sur l’innovation dans le monde des transports maritimes et montrer que chantiers navals, armateurs et équipementiers français sont pleinement impliqués dans la lutte contre le changement climatique.

L’inauguration au Havre le 6 septembre du méga porte-conteneurs CMA CGM ANTOINE DE SAINT EXUPERY était l’occasion pour le groupe CMA CGM, non seulement de fêter ses 40 années d’existence, mais de montrer que ses navires et futurs navires seront équipés pour répondre aux nouvelles normes de la convention MARPOL qui, dès le 1er janvier 2020, exigera des rejets de gaz d’échappement des moteurs avec moins de 0,5% de soufre. Mise en place de scrubbers sur les navires déjà en exploitation, utilisation de combustibles conformes aux nouvelles exigences, propulsion au GNL : les solutions ne manquent pas, avec à la clé des investissements conséquents et des dépenses d’exploitation qui ne manqueront pas de fragiliser certains acteurs du shipping.

Choix du GNL également pour le futur paquebot brise-glace de la compagnie PONANT, LE COMMANDANT CHARCOT, qui sera livré en 2021, devenant la 12ème unité du croisiériste. Coup de chapeau, dans ce numéro, à cette compagnie qui souffle ses 30 bougies, lancée en 1988 par quelques hydros téméraires qui faisaient face à une période morose en matière d’offres d’embarquements.

Vous pourrez lire également dans nos pages les choix opérés par la compagnie bretonne Brittany Ferries en matière de transition écologique. L’arrivée prochaine (été 2019) du transbordeur HONFLEUR, propulsé au GNL, confortera l’image de Brittany Ferries sur le channel, en matière de respect de l’environnement. Coup de projecteur sur une stratégie élaborée par une équipe de collaborateurs et collaboratrices qui portent haut les convictions et valeurs de leur compagnie. Des valeurs et des projets qui ne manqueront pas d’être développés à Brest aux prochaines Assises de la mer les 27 et 28 novembre, puisque l’innovation maritime en constituera la thématique.

Si deux trains de passagers propulsés à partir d’hydrogène ont commencé le 17 septembre leurs navettes entre les villes allemandes de Cuxhaven et Buxtehude (procédé mis au point par Alstom), cette propulsion à partir de l’hydrogène intéresse de près le monde maritime : les premières traversées du bateau Energy Observer devraient permettre de prouver les performances de l’hydrogène et de mettre en avant ce modèle comme alternative aux énergies fossiles. Energy Observer est le premier navire à hydrogène, autonome en énergie, sans émission de gaz à effet de serre, ni particules fines. Ce navire du futur à propulsion électrique fonctionne grâce à un mix d’énergies renouvelables et un système de production d’hydrogène décarbonée à partir de l’eau de mer. Vent (voiles) et soleil (batteries) sont un complément à l’hydrogène pour faire de l’Energy Observer un navire autonome.

Zéphyr & Borée vous a présenté dans le JM244 son projet de cargo équipé d’ailes utilisant la force du vent pour le propulser et les espoirs de voir ce projet « propre » aboutir et surtout se développer. Z & B revient dans nos pages pour insister sur cette nécessité pour les transporteurs maritimes de « profiter du vent qui souffle sur les mers et les océans » pour propulser leurs navires et décarboner leur industrie. Tour d’horizon des principaux défis pour les carburants de substitution des moteurs thermiques et ode en l’hommage d’Eole !

Bonne lecture, Jacques Mével

JVD©jeunemarine.fr

 

Publicité
Publicité