LA FIN DE L’ANCIEN THALÈS

Par Gérard Cornier

C’est à un âge bien respectable, 51 ans, qu’un navire construit au Havre a été vendu récemment à la démolition. Il s’agit de l’ancien transporteur de gaz Thalès de Gazocéan, démoli à Aliaga (Turquie) au terme de son dernier voyage sous le nom de Sotiria et pavillon togolais.

Le Thalès avait raté son lancement à cause du mauvais temps. C’était le 12 décembre 1966, mais son baptême s’était quand même déroulé. Il avait pour marraine Liliane Bettencourt, épouse d’André Bettencourt alors secrétaire d’État aux Transports. Finalement lancé le lendemain, le Thalès a été livré par les Ateliers et chantiers du Havre en juillet 1967. Long de 81 mètres, large de 12 mètres, le Thalès était doté de deux citernes à gaz de 900 mètres cubes chacune. Il était conçu pour le transport de propane, butane, butadiène ou ammoniac, mais c’est surtout le marché de l’éthylène (transporté à une température de – 104°) qui était visé. Ses cuves pouvaient en charger 1 000 tonnes.

Lors du baptême, Jacques Tessandier, président-directeur général des ACH, a souligné la nouveauté du navire : « Le Thalès est un des navires les plus évolués. Il peut transporter tous les gaz, ce qui lui octroie une polyvalence qui en fait en réalité, un prototype ». René Boudet, président et fondateur de Gazocéan, son armateur, a de son côté révélé que « sa réalisation a coûté plus de matière grise que celle d’un pétrolier de 150 000 tonnes… ». Le Thalès fut en fait le premier « éthylénier » construit en France et à sa mise en service, il n’y en avait que cinq dans la flotte mondiale. Sa principale activité à ses débuts a été le transport d’éthylène entre la raffinerie Esso-Standard de Port-Jérôme et Stenungsund, près d’Uddevala, en Suède.

Vendu en 1972, le Thalès devient l’italien Talete, puis le Green Star en 1985. En 1996, il abandonne le transport de gaz et est transformé en pétrolier ravitailleur de 1 900 tonnes de port en lourd sous le nom de Stari Grad. Il reprend la mer sous pavillon de la Croatie, puis passe sous celui des îles Tonga en 2002. Enfin, en 2005, c’est la Grèce qui devient son nouvel horizon, d’abord sous le nom d’Efstathia M. à la Mirtali Shipping avec le pavillon panaméen, puis en 2008 comme grec Sotiria chez la Lidmar Shipping & Trading. Les dégâts d’une collision survenue le 1er août 2017 dans l’enceinte des chantiers de Perama ont semble-t-il abrégé sa déjà longue carrière.

Star Grad ex Thalès©Eric Houri

Publicité
Publicité