MSC PRESENTE ZOE, PREMIER ASSISTANT VIRTUEL DE CROISIÈRES

« Nous partageons avec Samsung une vision commune : celle que dans notre monde, un jour, tout sera connecté. » Gianni Onorato, PDG de MSC croisières, résume très bien à quel point la croisière moderne fait du développement des technologies à bord un investissement prioritaire. L’utilisation et la polyvalence croissantes des accessoires électroniques dans la vie quotidienne occidentale a évidemment ses répercussions dans le monde du tourisme, y compris maritime : de la même façon qu’il est à terre désormais toujours possible de s’orienter, communiquer, naviguer sur internet, jouer… Les passagers à bord des paquebots attendent un service similaire aujourd’hui.

Discours de Gianni Onorato. ©Matthieu Burnel Jeune Marine

À la pointe de ce développement technique, la compagnie européenne MSC suit actuellement un ambitieux programme de modernisation et d’expansion (qui la conduira de 15 navires exploités aujourd’hui à 24 à l’horizon 2025). Après l’installation d’écrans interactifs dans les espaces publics,l’armateur célébrait en 2017 le lancement de son application mobile MSC for me, capable d’offrir tous ces services sur le téléphone personnel de ses passagers. Elle présentait fin janvier à Londres un nouvel aboutissement de son programme digital, avec l’introduction de son assistant virtuel Zoé à bord du futur MSC Bellissima (livrable en mars prochain).
« J’ai l’honneur de vous présenter le premier assistant digital de croisière » ajoute Gianni Onorato.
Son interaction vocale confère à ce nouveau système une dimension nouvelle dans le monde de la croisière, à l’instar des systèmes de type Siri développés par les majors de la téléphonie. Il n’est pas question de réduire en contrepartie les effectifs à bord : au contraire, Zoé permettra notamment de désengorger certains services (réception, excursions à terre, réservation des services à bord…) en traitant de manière digitale des questions basiques : laissant l’échange humain pour des questions plus fondamentales. « La technologie est au service de l’hôtellerie » tempère le PDG de l’armement. Les questions auxquelles l’assistante est capable de répondre n’ont pas été laissées au hasard, mais résument le retour d’expérience de tous les équipages : tout particulièrement des équipes de la réception, de ménage et d’animation.

©Matthieu Burnel Jeune Marine

« MSC for me et Zoé ne représentent qu’une première étape » annonce Gianni Onorato. « On peut imaginer de nombreuses fonctions supplémentaires : demander la réparation d’un équipement défaillant dans la cabine, évaluer en temps réel la satisfaction des passagers… » Après le Bellissima, Zoé sera installée à bord du MSC Grandiosa, puis sur le reste de la flotte au fur et à mesure des arrêts techniques. Sa présentation aux médias européens fut l’occasion d’une réunion à Londres, en haut du Gherkin, un des immeubles les plus célèbres de la City. « Notre compagnie est à la pointe de la technologie embarquée » se satisfait Patrick Pourbaix, Directeur France-Belgique-Luxembourg. Cette modernisation remarquable est évidemment un contre-argument de poids en réponse aux descriptions critiques habituelles de la croisière (notamment en France), comme voyages vieux-jeu et ennuyeux.

 

Matthieu Burnel

Publicité
Publicité