Actualité MaritimeActualités

Un navire PONANT missionné pour le rapatriement de résidents de Wallis & Futuna

Le Lapérouse réactive temporairement la ligne passagers entre Nouméa et Mata-Utu

Le  Lapérouse, paquebot de la compagnie PONANT, qui avait trouvé refuge au mouillage de la Grande Rade de Nouméa au début du confinement, après une saison interrompue en Nouvelle-Zélande par la pandémie de Covid 19,  vient d’effectuer un voyage particulier entre Nouméa et Mata-Utu sur l’île de Wallis pour rapatrier une centaine de ses résidents bloqués en Nouvelle-Calédonie.

La compagnie PONANT a été réquisitionnée pour cette opération, coordonnée et financée par l’administration supérieure de Wallis-et-Futuna.  Le territoire de Wallis-et-Futuna a fermé ses frontières depuis le 16 mars dernier, alors qu’aucun cas de contamination au Covid-19 n’a été détecté. Un premier voyage de rapatriement s’est ainsi achevé le dimanche 24 mai, permettant à 112 résidents de Wallis-et-Futuna de regagner leur foyer.

Embarquement à Nouméa©Studio-PONANT-Adrian-Freyermuth

Le Lapérouse a appareillé de Nouméa le 8 mai, puis mouillé cinq jours plus tard, le 13 mai après-midi à proximité de l’îlot Faioa dans le lagon de l’île de Wallis. Le navire est resté au mouillage 9 jours afin de terminer une quatorzaine maritime dans le respect des consignes imposées par les autorités sanitaires et des procédures PONANT.

Il a fallu que l’Administrateur supérieur publie un arrêté interdisant à toute embarcation de s’approcher du navire, pour calmer l’enthousiasme de l’accueil de la population locale, sauf sous une dérogation émise par l’administration supérieure.

« Durant la navigation et le mouillage du navire Le Lapérouse (compagnie Ponant, numéro IMO 9814026) dans les eaux territoriales et intérieures de Wallis jusqu’au 15 juin prochain, toute approche ou tentative d’approche par tout moyen est interdite à l’intérieur du périmètre de sécurité d’un rayon de 50 mètres minimum autour du navire ».

Les éventuels récalcitrants curieux s’exposant à une amende de 90 000 FCFP ( soit 750 €).

Les Wallisiens ont dû patienter  pour venir accueillir leurs proches au wharf de Mata-Utu. Durant leur séjour à bord, ces passagers ont pu bénéficier d’un programme d’animations relayées par la télévision interne du bord. Le débarquement a été réalisé en plusieurs étapes entre vendredi 22 mai et dimanche 24 mai, en fonction des résultats des contrôles médicaux et tests PCR, tous négatifs, effectués sur l’intégralité des passagers.

« Cette mission illustre les liens qui unissent PONANT à Wallis-et-Futuna. Nous sommes très attachés aux îles de Wallis-et-Futuna où nos navires sont immatriculés depuis la création de la compagnie il y a plus de 30 ans. Nous avons à cœur de contribuer au soutien de la population durant cette période » déclare Jean-Philippe Lemaire, Commandant du Lapérouse.

Aucun cas de Covid-19 n’a été déclaré lors de cette opération exceptionnelle. La flotte PONANT, qui a cessé toutes ses activités de croisières depuis le 15 mars : aucun cas de contamination à bord de ses 11 navires.

Les 92 membres d’équipage ont pu ainsi découvrir le port d’immatriculation de l’ensemble de la flotte de PONANT. Le Lapérouse est le second navire de la flotte Ponant à toucher l’archipel, après l’Austral, qui pour les 30 ans de la compagnie PONANT y avait fait escale en septembre 2018. Second clin d’oeil de PONANT aux îles françaises les plus éloignées de la métropole.

Lire article du JM 246

Un second voyage est prévu pour le compte de l’administration de Wallis, si les liaisons aériennes entre Nouméa et Wallis ne sont pas rétablies d’ici la fin juin. Cependant, ce 4 juin, il est toujours au mouillage dans le lagon de Wallis.

Afficher plus

Nos abonnés lisent aussi...

Bouton retour en haut de la page