Actualité MaritimeBrèves

Karine CLAIREAUX cède la présidence du CNML

Une page de l’histoire du Conseil National de la Mer et des Littoraux (CNML) se tourne : Madame Karine CLAIREAUX, Maire Honoraire de Saint-Pierre-et-Miquelon et ancienne Sénatrice, cède la présidence de l’instance à Madame Sophie PANONACLE, Députée de Gironde. De grandes avancées ont été initiées et construites sous cette présidence du dialogue et de l’écoute, une instance devenue indispensable à l’image de sa présidente.

Elle nous a adressé son « au revoir » ce matin en ces mots :

Madame, Monsieur,

Cher(e)s ami(e)s,

A la veille du renouvellement des instances du Conseil National de la Mer et des Littoraux, et au terme d’un peu plus de 6 années de présidence du Bureau, je tenais à vous remercier de votre investissement au service de la Mer et des Littoraux, chacun dans vos domaines d’action ou de prédilection et que vous soyez en outre-mer ou en métropole.

Nous avons travaillé ensemble soit dans le cadre du CNML, soit dans d’autres instances, comme l’ANEL, le CNB, le CSMM, le CFO, le CFM, etc, etc. Ce fût un véritable plaisir et vous m’avez toutes et tous, individuellement ou collectivement, apporté beaucoup…

Au fil des ans, nous avons rencontré quelques difficultés en termes de reconnaissance du CNML et de moyens pour travailler dans de bonnes conditions, ce ne fut certes pas « un long fleuve tranquille ».

Pour autant, le bilan est là et bien là. Et si tout est loin d’être parfait, nous pouvons tous en être fiers.

La France est maintenant dotée d’une Stratégie Nationale pour la Mer et le Littoral, de Documents Stratégiques de Façade. Le recul du trait de côte, la propreté de nos mers et océans, leur potentiel énergétique, la hausse de leur niveau, sont au cœur de nos préoccupations. Un regret, le léger retard pour les territoires ultramarins, mais gageons que l’expérience des façades métropolitaines nous évite de reproduire les mêmes erreurs.

Ce n’est pas à vous que j’apprendrais l’importance de la mer et des océans, ils sont essentiels pour la régulation du climat, ils regorgent de richesses   qui nous sont encore pour la plupart inconnues, ils sont l’avenir du transport mondial et pour ces raisons nous devons mieux les connaître,  les respecter et les protéger du mieux que nous le pouvons.

En France, nous avons cette chance d’être présents, grâce à nos Outre-Mer, sur toutes les mers et tous les océans du globe.

La mer est constitutive de l’identité française. Notre rapport à elle est même consubstantiel  de notre destin national.

Elle a été notre assurance-vie. Elle est notre avenir.

Nous devons affirmer sa place et son potentiel. La mer, c’est un nouveau souffle industriel, un nouveau projet sociétal.

La France du XXIème siècle doit être à la fois continentale et maritime, l’Archipel France, comme l’a le premier appelé Christian Buchet, est un continuum territorial unique au monde: Terre-Mer-Outre-Mer.

Elle bénéficie, avec son immense espace océanique, ses territoires ultramarins et une industrie de pointe, d’un réservoir considérable de richesses et d’emplois, ainsi que de vraies réponses face aux défis environnementaux.

La France doit être chef de file en Europe, afficher son ambition et se donner les moyens de sa présence (à partir de la métropole comme de ses territoires ultramarins) sur toutes les mers du globe, y compris au niveau des pôles.

Alors gageons que de ce constat, au-delà des discours, se dégage enfin, une véritable stratégie politique. Nous en avons les moyens.

Si je ne suis plus au CNML, je ne serai cependant jamais bien loin de la mer et de son littoral et si je peux être utile, vous pourrez toujours compter sur moi.

Un titre n’est ni essentiel ni indispensable pour donner le meilleur de soi-même, ce que je continuerai de faire, d’une manière ou d’une autre.

Je vous souhaite une bonne continuation et le meilleur dans vos responsabilités respectives. Au plaisir de vous revoir.

Bien à vous,

Karine Claireaux, Maire honoraire

Afficher plus

Nos abonnés lisent aussi...

Bouton retour en haut de la page