BrèvesVie à bord

Du pain frais, des sourires, de l’espoir… des vaccins !

Association Havraise d’Accueil des Marins – Propeller Club du Havre

Livraison de colis gourmands sur la FAIRWAY navire au quai d’Osaka suite à un état sanitaire ne permettant plus de rester au mouillage @ DR

Du pain frais, des sourires, de l’espoir… des vaccins !

Du pain frais…

Sortir quelques instants les marins en escale au Havre du brouillard où ils sont englués depuis des mois et des mois du fait de la pandémie mondiale, leur apporter un peu de chaleur humaine en leur faisant humer la fragrance du pain frais… tel était l’objectif de l’opération lancée conjointement par le Propeller Club et le Seamen’s Club du Havre avec l’appui d’associations professionnelles, d’entreprises portuaires, des associations cultuelles et de citoyens concernés de notre ville.

Le geste était modeste mais sincère et désintéressé. Du 16 mars au 30 avril environ 3300 marins de 164 navires de tout tonnage et de toutes nationalités ont reçu des bénévoles et des salariés de l’Association Havraise d’Accueil des Marins ces « colis gourmands » accompagnés d’un message de soutien et de reconnaissance.

Livraison de colis gourmands sur le FAIRWAY navire au quai d’Osaka suite à un état sanitaire ne permettant plus de rester au mouillage @ DR

Des sourires…

Au pied de la coupée c’est, d’abord, toujours, l’étonnement des marins qui réceptionnent le colis, immédiatement suivi d’un grand sourire et les témoignages de gratitude affluent ensuite au siège du Seamen’s Club.
Les marins réalisent ainsi que l’on sait au Havre qu’ils existent, que les habitants de la ville dont ils aperçoivent au loin les habitations pensent à eux, savent que sans eux l’économie mondiale s’écroule et qu’ils tiennent bon malgré toutes les contraintes qu’ils subissent et continueront de subir tant que les relèves d’équipage resteront incertaines voire impossibles du fait de la pandémie.

L’opération des « colis gourmands » ne fut pas facile à mettre en oeuvre car, aussi simple qu’elle paraisse sur le papier, il fallait être assuré chaque matin de la disponibilité de la marchandise à livrer, baguettes fraîches, croissants et confitures, il fallait préparer des colis, faire le choix des navires à quai en fonction de leurs horaires d’arrivée et de départ, il fallait servir le plus de terminaux possible, répartir entre les
compagnies de navigation, les types de navigation, ne pas se limiter à un type de navire, prévoir en fonction du nombre de marins… Le défi a pu être relevé grâce à la fiabilité du fournisseur (la boulangerie Paul) et au dévouement d’une quinzaine de personnes.

L’espoir…

L’opération est terminée mais le problème reste entier : les relèves ne pourront se faire sans problèmes tant que la pandémie perdurera. La situation est grave partout, dramatique dans certaines régions, les marins de commerce ne peuvent pas continuer indéfiniment à naviguer sans perspectives de relève, sous la menace de la maladie.

Le seul espoir vient maintenant de la vaccination.
Alors où ? quand ? comment ?

Afficher plus

Nos abonnés lisent aussi...

Bouton retour en haut de la page