Jeune Marine N°274ReportageVie à bord

PORTRAIT : Florian BLANCHET, jeune officier pont au gaz

Diplômé Officier Passerelle illimité en 2023, Florian Blanchet vient de terminer ses temps d’élève, à bord des navires de Knutsen. Prochain départ cet été, pour son premier embarquement en troisième lieutenant.

La passion de Florian pour la mer l’a conduit presque par hasard à bord des gaziers. « En intégrant l’école, je voulais naviguer sur des navires à passagers : ferries et plus ou moins croisière », raconte-t-il. « J’ai grandi à Paris mais mes grands parents vivent à côté de Roscoff : je voyais les ferries passer tous les jours. »

 

Mais à la fin de sa première année à l’ENSM, la crise causée par la Covid-19 va changer la donne : « en 2020, j’ai accepté la première compagnie me prenant, la Socatra. » Il évoque d’autres possibilités qu’il a refusées, alors qu’il s’était déjà engagé. Florian décide de poursuivre l’apprentissage au vrac liquide pour un second embarquement. « Là j’ai découvert le long cours, le tramping et les longues traversées de quinze jours dans l’Océan Pacifique », se souvient-il. « Les navigations variées, les voyages lointains mais aussi l’exigence des vetting : en y retournant une troisième fois, j’ai confirmé que je voulais rester dans le secteur du vrac liquide. »

 

Florian Blanchet découvre le secteur du gaz pendant sa troisième année à l’école. « Le secteur gaz semblait surtout réservé alors à la formation polyvalente », analyse-t-il. « En dernière année d’OCQPI, un ami m’a fait découvrir le projet Knutsen, qui m’a tout de suite plu. » Florian rejoint alors la compagnie pour son contrat de professionnalisation.

Il décrit au gaz une navigation variée et passionnante. « Plus encore qu’au pétrole, le gaz promet de voyager dans des endroits exotiques », raconte-t-il. « On peut faire le tour du monde en un embarquement de 3 mois, passer des endroits mythiques tels que le Cap Horn ou Panama. »

Passerelle du Paris Knutsen – coll. ©JM – DR

Une navigation changeante, à la préparation exigeante : « Certains affréteurs fournissent un programme assez fixe sur 2 ou 3 mois, mais les navires au tramping changent régulièrement de destination selon l’offre et la demande du marché », explique-t-il. À bord du Paris Knutsen, le Commandant nous décrivait les méthodes et outils pour préparer une navigation en dernière minute. « À défaut d’un port précis, le routeur fournira au moins une région géographique vers laquelle se diriger. C’est ensuite à l’officier navigation de créer autant de routes et de passage plans que nécessaires. Mais il est déjà arrivé que l’affréteur appelle le navire en plein milieu de la nuit pour réclamer un changement de port et de cap sur le champ ! »

Florian Blanchet décrit Knutsen comme une compagnie attractive pour les jeunes officiers français. « Le rythme 75j/75j est satisfaisant et les bateaux sont neufs et modernes », rapporte-t-il. Il embarquera cet été pour la première fois comme officier, loin des premiers navires qui l’ont dirigé vers le monde de la mer mais ravi de cette découverte.

CORSICA linea recrute... DES OFFICIERS PONT & MACHINE CORSICA linea recrute... DES OFFICIERS PONT & MACHINE

Nos abonnés lisent aussi...

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page