À la uneJeune Marine N°255Nice

Patrick POURBAIX , MSC : Un avenir prometteur malgré la situation actuelle

Propos recueillis par Mathieu BURNEL

Patrick POURBAIX est Directeur Général de MSC France, Belgique et Luxembourg. Il a accepté de commenter la saison 2020 et les perspectives qu’elle laisse entrevoir :

Bonjour Monsieur POURBAIX, Pouvez-vous nous rappeler la chronologie des croisières MSC pendant l’été 2020 ? Première mise à l’arrêt, retour espéré, retard, retour effectif, etc.

Il y a tout d’abord eu une mise à l’arrêt progressive dès la mi-mars jusqu’à ce que tous les navires soient arrivés à leur port d’attache. Ensuite, nous n’avons eu aucune activité jusqu’au 16 août 2020, date de reprise du MSC Grandiosa en Méditerranée avec des croisières uniquement accessible aux résidents de l’espace Schengen.

Nous espérons un retour progressif pour la saison Hiver 20/21 avec la remise en service prévue de la majorité des navires de la flotte dans toutes les régions où MSC opère habituellement. A ce jour, au vu de l’évolution du contexte sanitaire, seulement 2 navires sont en service en Méditerranée.

Nous observons également une belle tendance pour la saison été 21 où nous voyons de véritables envies de voyages de la part des passagers.

Comment les passagers français ont-ils réagi à ces événements ?

L’arrêt des croisières a été très difficile pour tout le monde mais les passagers français ont très bien réagi lors de la reprise de nos activités. Il faut savoir que les passagers français représentent aujourd’hui la deuxième nationalité à bord de nos deux navires.

Nous avons par ailleurs un protocole sanitaire robuste qui a été mis en place à bord du MSC Grandiosa et depuis peu à bord du MSC Magnifica. Les retours que nous avons sont très bons : les passagers ayant voyagé avec MSC se sentent en sécurité et sont prêts à repartir de nouveau avec nous.

Alors que nombreuses compagnies se séparent actuellement de leurs plus petites unités, G. Onorato a lui-même indiqué que MSC garderait tous ses navires. La volonté de garder une diversité dans la flotte ?

MSC Croisières garde l’ensemble de ses navires, soit une flotte de 17 navires actuellement. Non seulement nous conservons notre flotte, mais nous continuons d’investir avec de nouveaux navires actuellement en construction dans Les Chantiers de l’Atlantique et en Italie. Ces navires de nouvelles classes seront à la pointe de la technologie et offriront une expérience inégalée à bord. En complément des 17 navires existants, ces nouveaux navires viendront compléter la flotte en proposant une diversité et un vaste choix d’expériences à bord pour nos passagers.

Le maintien de ce plan d’activité est dû au fait que MSC Croisières soit une compagnie privée (sans actionnaire), ce qui nous a permis de réagir très vite dès le début de la crise en prenant des mesures drastiques mais nécessaires pour préserver le maintien de notre activité.

MSC Opera Cherbourg © DR
Le MSC Opera a été livré en 2004 par les Chantiers de l’Atlantique : il fait partie des autre navires les plus vieux de MSC, que beaucoup imaginaient déjà en vente

MSC fait partie des premières grandes compagnies à avoir repris les croisières. Les procédures sanitaires sont décrites comme draconiennes ? Ont-elles été difficiles à implanter à bord ?

Nous avons mis en place un protocole sanitaire robuste qui a été élaboré avec des experts de la sécurité sanitaire. Ce protocole permet d’assurer la sécurité de nos passagers et de nos membres d’équipage grâce à des mesures bien précises et afin de faire de la croisière la façon la plus sûre de voyager actuellement. En effet, ces mesures sont essentielles pour que la reprise de notre activité se fasse en tout sérénité : elles permettent à chacun de profiter de l’expérience à bord tout en limitant sérieusement le risque de transmission du virus.

Les équipes à bord ont été formées pour s’approprier et appliquer ces nouvelles mesures qui vont bien au-delà des normes imposées par les autorités compétentes.

Le protocole mis en œuvre par la Compagnie impose aux passagers d’avoir un test PCR négatif datant de moins de 72h avant le départ. Puis, avant de monter à bord, tous les passagers doivent effectuer un contrôle de la température, remplir un questionnaire de santé qui sera examiné et un test antigénique COVID-19 où les résultats sont donnés en 30 minutes en moyenne. L’équipage est quant à lui, testé trois fois avant d’être autorisé à travailler.

Par ailleurs, le protocole de santé et de sécurité inclut notamment des mesures d’assainissement et de nettoyage renforcées dans tout le navire, une distanciation physique, le port du masque dans les espaces publics, des escales protégées et possibles uniquement dans le cadre d’excursions organisées par la Compagnie afin de maintenir les hôtes dans une « bulle sociale », des installations médicales améliorées, une surveillance quotidienne de la santé et un plan d’urgence solide.

On évoque aussi un voyage beaucoup plus cadré, notamment via les excursions obligatoires. Quels sont les retours des clients face à ce voyage moins personnalisé ?

Nos passagers sont coopératifs et compréhensifs vis-à-vis du protocole sanitaire mis en place et qui inclut la nécessité d’effectuer une excursion organisée par MSC afin d’assurer une « bulle sociale » à tout moment. Cette bulle sociale commence dès la sortie du navire et continue jusqu’à ce que les passagers reviennent à bord.

Nos clients apprécient le fait de pouvoir continuer à découvrir les merveilles proposées lors des escales : le choix des excursions est tout de même varié afin que chacun puisse vivre l’expérience qu’il souhaite lors de sa croisière. Nous avons également mis en place des tarifs spécifiques notamment des packages excursions à des prix très raisonnables pour ne pas trop pénaliser nos passagers.

Depuis la reprise des croisières, l’engouement que connaissait le marché français avant la crise du Covid-19 a-t-il repris ?

Depuis la reprise des activités le 16 août dernier, nous observons une envie de voyager de la part du marché français même si nous ne sommes bien évidemment pas sur le même niveau qu’avant la crise sanitaire. Néanmoins, nous restons confiants pour le futur car nous voyons notamment un certain engouement pour la saison été 21.

Et à l’échelle européenne ? Les croisières ont-elles une chance de reprendre le développement qu’elles suivent depuis maintenant plusieurs décennies ?

Même s’il est très difficile de prédire aujourd’hui quelles vont être les tendances à l’échelle européenne, la situation évoluant quotidiennement, nous pensons qu’il existe des possibilités de développement pour les croisières. C’est un produit qui n’est pas encore arrivé à maturation, surtout sur le marché français. Il y a encore beaucoup de pistes à explorer pour capter une nouvelle clientèle.

Nous souhaitons donc rester confiants et continuons notre plan de développement au sein de MSC Croisières avec la construction de nouveaux navires.

Le MSC Grandiosa, dernier né de la flotte, à Marseille. Les départs de France sont un atout supplémentaire alors que les transits à l’étranger resteront compliqués encore plusieurs mois

MSC s’apprête à recevoir plusieurs nouveaux navires, notamment les premiers « yacht club » (petites unités de luxe inspirées du concept implanté à bord des grands navires). Êtes-vous confiant quant au lancement de ce nouveau produit ?

MSC Croisières s’apprête en effet à lancer une nouvelle gamme de navire spécialisée dans le haut-de-gamme et le luxe en s’inspirant directement du concept Yacht Club qui est d’ores et déjà disponible à bord du MSC Grandiosa par exemple. Nous tenons à offrir à nos passagers des prestations premium et ce, peu importe la catégorie de cabine choisie tout en préservant le caractère unique de notre expérience client.

Cette nouvelle gamme permettra de proposer des croisières exclusives avec une expérience à bord inégalée. Nous restons donc confiants quant au lancement de ce nouveau produit qui devrait avoir lieu prochainement.

Afficher plus

Nos abonnés lisent aussi...

Bouton retour en haut de la page